Régions Isère

Le département dresse un pont vers le futur

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Ouvrage d'art - Qualité de l'eau - eau potable

56 400 Nombre d’autorisations de logements en Auvergne-Rhône-Alpes en 2016 (+ 11 % par rapport à 2015). Source : Dreal.

36 millions Volume, en mètres cubes, d’eau potable perdue en 2016 dans les réseaux auvergnats.

Source : Cerc.

175 613 Nombre de salariés de la filière construction fin 2016, en progression de 0,1 % par rapport à fin 2015.

Pallier la vétusté de l’ouvrage d’art existant et s’adapter à l’évolution du trafic, telles sont les principales raisons qui ont conduit le conseil départemental de l’Isère à lancer la construction d’un nouveau pont entre Tullins et Saint-Quentin-sur-Isère. « L’actuel bow-string présentait des signes de fatigue et ne permettait pas le croisement des poids lourds, souligne Bernard Perazio, vice-président chargé de la voirie au sein du conseil départemental de l’Isère, maître d’ouvrage. Par ailleurs, nous voulions que les modes doux, notamment les vélos, puissent traverser l’Isère. » Entièrement financée par le département pour un montant de 27,9 millions d’euros toutes dépenses confondues, la construction de ce nouveau pont a été confiée au groupement conduit par Eiffage Génie civil (mandataire), comprenant Carron, Berthold (avec Ingérop), Artelia et l’agence d’architecture Strates pour la conception et le suivi des travaux. Commencés en avril 2015, les travaux doivent s’achever dans quelques mois pour une mise en service totale de l’ouvrage en fin d’année.

Mesures compensatoires. D’une longueur de 190 m et d’une largeur de 13,65 m, ce pont en ossature mixte acier et béton accueillera une bande cyclable de 1,50 m de part et d’autre de la chaussée et d’un trottoir de 2 m de large. « Le lançage a eu lieu en deux phases en février et avril derniers. La structure métallique est aujourd’hui placée dans sa position définitive sur ses deux appuis réalisés dans l’Isère », indique l’élu. Les dalles en béton armé, qui constitueront le tablier du pont, ont été préfabriquées en atelier et sont installées actuellement à l’aide d’un outil mobile se déplaçant sur l’ossature métallique.

Dans le cadre de ce chantier, la collectivité devra mettre en place des mesures compensatoires. Elle réalisera 2 ha de zones humides à quelques kilomètres de l’actuel site. Pour l’aménagement de la RD 45, le conseil départemental conduit également la construction d’un autre ouvrage d’art pour franchir le canal de la Morge. Il s’agit cette fois d’un pont à poutrelles en acier enrobées en béton, d’une longueur de 40 m et d’une largeur de 12,80 m, avec deux piles dans la rivière. Des aménagements paysagers débuteront à l’automne prochain. La démolition des ponts existants, quant à elle, est prévue au premier semestre de l’an prochain. La consultation des entreprises pour ces prestations est en cours.

Gros investissements routiers. « Le conseil départemental reste très dynamique en termes d’investissements routiers. Ils connaissent un rythme moyen de 100 millions d’euros par an, insiste Bernard Perazio. Grâce au plan de relance pour le BTP que nous avons mis en place, ces investissements seront même portés à hauteur de 130 millions d’euros cette année. Il s’agit de maintenir notre réseau routier en état, de l’adapter aux évolutions des modes de déplacements et de l’inscrire dans la perspective de la route intelligente. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X