Territoires Charente-Maritime

Le département défend les marchés publics simplifiés

Deux chiffres caractérisent le poids du département dans la commande publique de Charente-Maritime : « 80 % du montant des investissements que nous lançons suite à des appels d’offres va à des entreprises de Charente-Maritime. Et notre délai moyen de paiement est de 29 jours », explique Sylvie Marcilly, vice-présidente du département, maire du Fouras, et présidente de la Commission d’appels d’offres. « L’exécutif départemental mené par Dominique Bussereau a toujours milité pour l’emploi local. Pourtant, les PME se sentent parfois exclues des marchés publics. C’est pourquoi nous avons organisé en début d’année une rencontre avec une centaine de chefs d’entreprises du BTP, pour leur présenter les investissements à venir cette année », précise Sylvie Marcilly. Premier constat : avec 51 collèges, le nombre de bâtiments à entretenir ou à rénover est constant chaque année. Cinq fonds d’aides aux communes permettent aux petites collectivités de lancer des chantiers. En direct, ou avec son outil dédié, la Société d’économie mixte pour le développement de l’Aunis et de la Saintonge (Semdas), le département consacrera 25,04 millions d’euros aux travaux.
Encore faut-il simplifier l’accès des PME et des TPE à ces marchés publics. « Les marchés publics simplifiés, avec leur formulaire pré-rempli, via le numéro Siret de l’entreprise, c’est à la portée de tout le monde, y compris des petites structures », explique Sylvie Marcilly. La dernière réforme de la commande publique favorise cet accès des PME à cette procédure. Avec ces procédures simplifiées, le département espère diminuer le taux de lots infructueux (10/112 en 2015).

Des travaux dans les collèges.

Sur les 51 collèges, 10,842 millions TTC de travaux sont prévus en 2016 (8,323 millions en 2015). Sont notamment concernés les extensions des collèges Jean-Monnet de Courçon (6,1 millions d’euros) et Hélène-de-Fonsèque à Surgères (2,1 millions), et la restructuration du collège Françoise-Dolto à La Jarrie (6,5 millions, livraison fin 2016). En dehors des collèges, 203 bâtiments bénéficieront de 14,2 millions de travaux en 2016 (6,67 millions en 2015), dont le centre sportif départemental de Boyardville (2,7 millions) qui sera restructuré. Enfin, la construction d’un centre d’exploitation routier à Angoulins-sur-Mer (2,2 millions) et la restauration de la Maison de Charente-Maritime en Vals de Saintonge sont à l’étude.
Le plus gros programme porte sur la construction de centres d’incendie et de secours, auxquels le département consacre 18,5 millions d’euros. Dernier lancé : celui de Rochefort (8,6 millions) dont les travaux doivent débuter cet été. Les centres de Courçon puis de Jonzac suivront. Enfin, le programme d’aides aux petites communes (2,5 millions par an) a permis de financer en cinq ans 18 millions de travaux communaux, notamment dans les écoles élémentaires et maternelles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X