Régions LOIRE

Le demi-siècle en béton de Montmartin

«On n’a jamais voulu faire la course au chiffre d’affaires. Tout l’argent qu’on gagne, on le réinvestit dans l’entreprise, dans l’achat de matériels. On maîtrise tout de A à Z. » En trois phrases, Sophie Montmartin cerne le projet de la société familiale (9,5 millions d’euros pour Montmartin et 3 millions pour MTTP pour un total de 85 salariés) qu’elle dirige et qui fête cette année son cinquantième anniversaire.

Logements à 95 %

Arrivée dans l’entreprise en 1999, la benjamine de la famille s’est vite glissée dans ses habits de dirigeante. Et, depuis décembre 2008, elle préside l’Union de la maçonnerie et de gros œuvre au sein de BTP Loire. En un demi-siècle, l’entreprise de gros œuvre et de béton armé créée par son père et son oncle est restée fidèle à ses fondamentaux. Sans être prophète en son pays. Particularité : la société a son siège social dans la Loire, à Lorette, et travaille presque intégralement dans le Rhône, et en grande région Rhône-Alpes pour MTTP, spécialisé depuis vingt ans dans les travaux de soutènement et reprises en sous-œuvre. Cette spécificité lui permet d’être autonome et de proposer à ses clients « l’ensemble de la boîte », berlinoise et gros œuvre compris, deux lots qui se regardent bien souvent en chien de faïence. Seul le montage de cloisons en agglo ou le surfaçage de dallage sont sous-traités.
Les marchés privés, des logements à 95 %, sont le quotidien de Montmartin, qui travaille « avec des clients qu’elle connaît bien, sur des chantiers qualitatifs ». Pour rester au niveau, l’entreprise forme 10 % de son personnel chaque année, et investit. Entre 2005 et 2009, elle a consacré 3 millions d’euros à l’achat de matériels neufs, de grues notamment, ce qui lui permet de fidéliser son personnel et de gagner du temps en exécution.

Immeubles BBC

L’avenir est à la construction durable. « Faire des immeubles BBC et en béton, c’est tout sauf incompatible », souligne Sophie Montmartin qui observe : « Il ne faut pas rêver comme certains, on ne va pas monter des immeubles en chanvre en plein centre de Lyon. » Elle projette de recruter à terme un responsable du développement durable et de s’engager dans un processus de certification ISO 14001, certes contraignant mais nécessaire, pour répondre à la demande de grands groupes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X