Gestion

Le contrôleur d’état de charge pour grues mobiles

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Levage. Présent dans toutes les grues mobiles, le contrôleur d’état de charge a été modifié en profondeur par une nouvelle norme, qui rend plus contraignante la procédure de désactivation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

À quoi ça sert ?

Le contrôleur d’état de charge (CEC) est une aide à la conduite, ce qui, réglementairement, le distingue d’un équipement de sécurité. Il donne au grutier toutes les indications en temps réels sur le moment de la charge déplacée et déclenche des alarmes quand celui-ci sort du tableau d’abaques de charge et risque d’entraîner un déséquilibre. Quand le danger devient trop pressant, le CEC coupe les mouvements aggravants pour forcer le grutier à revenir à l’intérieur de l’abaque. Il ne peut alors que rentrer le télescope, relever la flèche et descendre la charge à l’aide du treuil.

ENCADRE

Un comparatif avec la théorie

Le contrôleur d’état de charge ne détecte pas un déséquilibre, contrairement à « l’indicateur de moment de charge longitudinal » embarqué à bord des chariots télescopiques qui mesure la charge portée par l’essieu arrière et lance une alerte quand celui-ci risque de se soulever. Le CEC positionne la charge dans l’espace grâce à des capteurs placés sur différents éléments de la grue, et la pèse en mesurant la pression dans les vérins et la traction subie par le câble. Il place alors ces données dans les tableaux de charge théorique calculés par le fabricant de la grue. Il veille à ce que l’utilisation soit bien conforme à la notice.

ENCADRE

La programmation manuelle

Une grue mobile est un matériel qui se configure à chaque chantier par l’ajout d’accessoires. On peut prolonger sa flèche avec des extensions fixes (fléchettes) ou lui adjoindre une volée variable articulée. Le nombre de contrepoids diffère également d’un coup de crochet à l’autre. Ces paramètres changent le tableau de charge. Le grutier doit donc préalablement rentrer toutes ces indications de configuration pour que l’ordinateur choisisse l’abaque en conséquence. Le CEC ne détecte pas automatiquement ces paramètres. Une erreur de saisie, et le CEC se réfère à un mauvais tableau, ce qui risque de placer la grue en déséquilibre sans qu’aucune alarme ne sonne !

ENCADRE

La désactivation

Puisqu’il ne s’agit pas d’un équipement de sécurité à proprement parler, le CEC peut être désactivé  on parle de « shuntage », dans le jargon des grutiers. Pour quoi faire ? « Parce qu’il gêne les phases d’assemblage de la grue », se défendent les grutiers. Faux prétexte ! Car c’est bien pour aller chercher quelques mètres en plus que les grutiers désactivent le CEC ! Avant la nouvelle norme EN 13000 de 2014, aucune limite n’était imposée à la grue une fois son CEC désactivé. Le grutier pouvait alors pousser la machine jusqu’au déséquilibre. Depuis 2014, ce n’est plus cas. Même quand le CEC est désactivé, il n’est plus possible d’aller au-delà de 110 % des capacités théoriques, et la vitesse des mouvements est ralentie de 85 %. Attention, cependant ! La norme EN 13000 n’impose pas d’obligation de mise à jour du CEC. Les grues antérieures à 2014, c’est-à-dire la majeure partie du parc, continuent de fonctionner avec l’ancien système.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X