Territoires Aquitaine

Le contrat de plan dope l’enseignement supérieur

Mots clés : Contrat de projet Etat-région - Enseignement supérieur

Signé par le Premier ministre le 23 juillet, le nouveau contrat de plan Etat-région Aquitaine prévoit des financements conjoints de 1,4 milliard d’euros sur la période 2015-2020. Parmi les priorités, l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation bénéficient d’une enveloppe de 440 millions d’euros. L’objectif est clair pour Alain Rousset, président de région : « Doubler en quelques années le nombre d’élèves ingénieurs formés dans la région, construire une université numérique permettant de travailler en communauté, à distance, renforçant les réseaux de chercheurs. »

Dans ce cadre sont notamment programmées des opérations d’amélioration des lieux de vie pour étudiants : 3 500 logements étudiants ou résidences pour jeunes doivent être construits ou rénovés de 2015 à 2020, avec un effort sur la rénovation des espaces de vie et de restauration existants. Sur le seul campus bordelais, 1 000 logements seront rénovés et 500 logements du Crous reconstruits. Côté construction neuve, 1 920 logements sont projetés dans les résidences universitaires de la métropole, notamment sur le campus Talence Pessac Gradignan ; 80 logements doivent être bâtis sur la côte basque.

Développement des écoles d’ingénieurs.

Autre grand secteur d’intervention, la rénovation des espaces d’enseignement pour les remettre aux normes du point de vue énergétique et de l’accessibilité : le plan Campus (Etat-région-métropole), lancé en 2009 dans la métropole bordelaise, porte sur un parc d’enseignement supérieur de 800 000 m2. Mais il excluait jusqu’à présent les autres sites aquitains. Le nouveau plan prend en compte d’importants investissements, en particulier le développement des formations d’ingénieurs. Sont ainsi prévus la réhabilitation partielle de l’IUT de Gradignan ; des travaux d’amélioration des chaufferies de Carreire et Victoire, et des centrales de traitement d’air de Pessac, Victoire et Carreire ; une extension de l’Institut de maintenance aéronautique de Mérignac ; la rénovation du campus Périgord pour accueillir des formations d’infirmiers et d’aides-soignants ; la requalification (avec extension) de la faculté de lettres Bordeaux Montaigne, notamment du département de français langue étrangère à Pessac. Dans le sud aquitain, les principaux travaux porteront sur la mise en sécurité et l’accessibilité des locaux universitaires, la construction d’une chaufferie bois à Pau et la création d’une halle technologique à Mont-de-Marsan. L’école d’ingénieurs ISA BTP à Anglet se développe ainsi que l’Ecole nationale supérieure en génie des technologies industrielles de Pau, et l’Ecole supérieure des technologies industrielles avancées de Bidart. Partout, l’antienne est la même : créer des laboratoires, adapter les locaux pour faire face à l’afflux de nouveaux étudiants (+ 14 % sur dix ans alors que l’académie de Bordeaux compte actuellement 114 000 étudiants), et les connecter dans la perspective d’un enseignement multisite, par exemple autour de l’Institut d’optique récemment créé à Talence.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X