Intérieur

LE CONSENSUS HEUREUX STOCKHOLM DESIGN WEEK

Mots clés : Architecture intérieure - Bâtiments d’exposition

Dorénavant, pas une foire ne se double, en miroir, d’une design week. Au-delà des enjeux d’image des villes, cette approche souligne l’importance des liens tissés entre savoir-faire et savoir-vivre. A Stockholm, du 7 au 11 février, le dialogue entre la Furniture & Light Fair et le off s’est imposé avec une intelligence consensuelle toute scandinave.

Cécilia Nyberg, la directrice de la Stockholm Furniture & Light Fair, l’affirmait d’emblée lors de la conférence de presse inaugurale du salon, le 7 février : « Les journées sont consacrées aux rencontres entre éditeurs, designers, acheteurs et journalistes à la foire ; et les soirées, aux échanges informels lors des vernissages dans les showrooms en ville. » Une bénédiction urbi et orbi en quelque sorte… Et entre le in et le off, le courant passait indiscutablement.

Une certitude s’est imposée : la créativité nordique, qui associe le plus naturellement du monde hommage et expérimentation, artisanat et innovation, se porte bien. Sa force ? Savoir se renouveler sans tomber dans la surenchère stérile ou le snobisme de la série limitée, et refuser de céder aux seules sirènes des citations passéistes ou des rééditions, fussent-elles culte.

L’épure, si emblématique du design scandinave, fonctionne à merveille dès lors qu’il s’agit de rajeunir de façon décomplexée des archétypes.

Cela était évident avec le canapé ou le fauteuil Bleck de TAF pour Gärsnäs avec un cadre en bouleau façon châssis de tableau, faisant écho à nos nouvelles habitudes d’achat en ligne où les vues de face, de dos ou de profil du moindre produit sont dorénavant de rigueur.

Idem pour Valovoima, la lampe de bureau de luminothérapie conçue par le designer finlandais Harri Koskinen chez Innolux. Les objets modestes – produits d’appel en temps de crise – deviennent un terrain de jeu : heurtoir de porte graphique ( Knock Knock de TAF pour Nak Nak), porte-manteau/portant Kiila de Daniel Rybakken pour Artek.

Ou encore les bougeoirs Holocène signés Jasper Morrison, David Chipperfield ou Ilse Crawford pour la marque de luminaires Wastberg.

Parmi les archétypes revisités avec fraîcheur figure la classique chaise de café. Cecilie Manz s’est livrée à l’exercice avec Workshop...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 259 du 18/04/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X