Architecture Chambres à part 4/6

Le château en Espagne de Frank Gehry

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Hôtels et pensions de famille

Fantasmagorie plantée au milieu des vignes de la Rioja, l’hôtel Marqués de Riscal a été conçu par l’architecte pour les 150 ans du lieu.

Il y a indéniablement un effet Gehry. Il se produit toujours en deux temps quasi simultanés. On pense : « Qu’est-ce que c’est que ça ? » ; et presque instantanément, que l’on apprécie ou pas, on s’exclame : « Waouh ! » Rendez-vous en Espagne, dans la région vinicole de la Rioja, au sud du Pays basque, près du village médiéval d’Elciego et vous verrez. Vous verrez d’abord, et surtout, un spectaculaire entrelacs de larges rubans de métal multicolores qui scintillent au soleil. Et vous ressentirez alors cet effet Gehry. Alors, « qu’est-ce que c’est que ça ? » Un hôtel, le Marqués de Riscal. Cette fantasmagorie de bois, de pierre et d’acier est un « château du XXIe siècle », planté au milieu du vignoble éponyme.

Lubie. L’œuvre – car on peut qualifier le bâtiment ainsi – a été commandée par les propriétaires du domaine à Frank Gehry pour célébrer les 150 ans du lieu. Une lubie du directeur du vignoble, Alejandro Aznar, qui a vrai-semblablement succombé au fameux « effet » produit par les réalisations de la star américano-canadienne lorsqu’il a découvert le musée Guggenheim de Bilbao, à quelques kilomètres de là. Aznar a voulu offrir une pièce maîtresse et contemporaine à la Cité du vin, complexe de 100 000 m2 créé autour des caves de Marqués de Riscal, riches de milliers de bouteilles, et notamment une pour chaque année de production depuis 1860. L’histoire raconte d’ailleurs que l’architecte lauréat du Pritzker Prize en 1989 aurait été convaincu de signer le deal après avoir goûté à l’une d’elles, débouchée spécialement pour lui. Une bouteille de… 1929, son année de naissance.

Cep de métal. Pour la construction de l’hôtel, Frank Gehry a utilisé le même matériau que pour les bâtisses du village d’Elciego, la piedra arenisca , le grès. Et comme pour le musée Guggenheim de Bilbao, il a ensuite marié cette pierre à 1 800 m² de titane ondulé, fabriqué au Japon, à du bois et à de l’acier inoxydable. Les bandes de métal, dont la résistance au vent a été testée en soufflerie, arborent les couleurs des bouteilles de vin : or pour le bouchon, argent pour la capsule et rouge sombre pour le liquide. Enfin, soutenant l’édifice, un tronc de métal fait allusion au cep de vigne.

Symbolisant les sarments ou des copeaux de liège, ces bandes créent dans le même temps un dispositif qui répond aux exigences climatiques de la région : elles forment des pare-soleil qui offrent un maximum de zones ombragées autour du bâtiment. Une canopée de 3 200 m².

Ouvert en 2006, après trois années de travaux pour un coût de 70 millions d’euros, l’hôtel compte 43 suites luxueusement équipées – Gehry a lui-même dessiné certaines pièces de mobilier, bien moins fantasmagoriques – profitant de vues panoramiques sur les vignobles. L’établissement abrite également deux restaurants (dont un étoilé), un musée, des bureaux, un espace de conférences ainsi qu’un centre de vinothérapie. Frank Gehry l’avait expliqué en personne : « Je voulais créer quelque chose d’excitant, de festif, car le vin est plaisir. »

Maîtrise d’ouvrage : Marqués de Riscal. Maîtrise d’œuvre : Frank Gehry, architecte de conception ; Idom, architecte d’exécution.

Ouverture : 2006. Coût de la construction : 70 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X