Enjeux

Le charpentier Cruard assemble durable et rentable

Mots clés : Charpente - Démarche environnementale - Enfance et famille - Métier de la construction

A l’image de ses nouveaux bureaux passifs, Cruard Charpente parie sur le développement durable pour pérenniser l’entreprise familiale.

«Vous êtes l’exemple type de l’entreprise du XXIe siècle », a complimenté Olivier Richefou, président du conseil départemental de la Mayenne lors de l’inauguration, le 18 septembre à Simplé, des nouveaux bureaux de Cruard Charpente. De fait, par l’investissement important (1,2 million d’euros), le modèle économique (une architecture reproductible pour 1 400 euros HT/m2), les caractéristiques techniques (une enveloppe cinq fois plus étanche que la réglementation en vigueur) et le souci du bien-être des salariés (démarche géobiologie et feng shui), ces nouveaux bureaux passifs sont la parfaite illustration de la stratégie de l’entreprise. « Nous avons fait le choix d’une démarche de progrès alliant performances techniques et économiques, conditions sociales équitables et gestion raisonnée des ressources », explique André Lefèvre, P-DG de la société. « A notre niveau, nous nous donnons les moyens de participer à la construction d’un monde durable », ajoute-t-il. Cela passe de l’achat d’énergie verte à la labellisation « Construction 21 » en 2007, la réalisation d’un premier bilan carbone en 2010 ou, plus récemment, de l’agrément de démarche sociétale « Biom attitude » faisant la démonstration que l’entreprise réinjecte chaque année quelque 6 millions d’euros dans l’économie locale. « Chaque jour, notre responsabilité sociétale est engagée », commente André Lefèvre. D’où les efforts de l’entreprise en matière de développement durable et de formation. « Notre politique de formation dépasse de 50 % les obligations légales et nous redistribuons 30 % des résultats de l’entreprise à nos salariés », précise le chef d’entreprise.

Important bureau d’études interne.

Et les résultats sont là ! Depuis 1992, Cruard Charpente est passée de 1,3 million d’euros de chiffre d’affaires avec 19 salariés en 1993, à 19 millions avec 108 collaborateurs en 2014. En 2012, l’entreprise familiale est distinguée au plan national par le Prix Moniteur de la construction. C’est d’ailleurs la première fois qu’un constructeur bois est récompensé nationalement dans la catégorie « Gros œuvre » de ce prix. Pour arriver à ces résultats, Cruard Charpente s’est doté d’un bureau d’études interne de 21 personnes (l’un des plus importants bureaux d’études bois de l’Ouest) et d’un site de production de 9 000 m2 avec 10 ponts roulants. Aujourd’hui, l’activité se répartit entre la restauration des monuments historiques (32 %), la construction ossature bois et la réhabilitation thermique en murs-manteaux (30 %), la structure en charpente lamellé-collé (23 %) et la charpente taillée (15 %). C’est ainsi que, dans la cour de l’entreprise, se côtoient les éléments de charpente traditionnelle de la nef du couvent des Jacobins à Rennes, transformé en centre des congrès, et les innovantes façades mixtes bois-béton du siège de la Direction départementale des territoires et de la mer à Vannes.

Dans le même temps, Cruard prépare l’avenir. « Courant 2016, nous allons construire une maison témoin Passivhaus », annonce son directeur général Aurélien Lefèvre qui mise aussi sur de nouveaux systèmes constructifs comme « Hybridal », un projet qui mêle bois, béton, Befup, colles structurales et textiles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X