Autres Toulouse

Le charme discret du « petit Wembley »

Ce samedi 7 mai, dans les tribunes du Stadium de Toulouse, les quelque 30 000 spectateurs sont chauds bouillants. Après une saison désastreuse, le Toulouse Football Club joue son maintien en Ligue 1.

Dans la cité de l’Ovalie, le football reste forcément en retrait. Mais il n’en est pas moins populaire. Et ce soir-là, nous étions nombreux à sortir de la station de métro Empalot pour nous rendre, après dix minutes de marche à pied, au stade niché au cœur de l’île du Ramier, en centre-ville de Toulouse. Jeunes du Mirail, pères de famille accompagnés de leur fils ou de leur fille, tous arborent du violet, la couleur du maillot du « TéFéCé », présidé par Olivier Sadran, chef d’entreprise toulousain. Tous, nous laissons libre cours à notre soulagement sur le but marqué au début de la deuxième mi-temps, qui fait oublier le jeu plutôt poussif proposé jusque-là. Pas de chance pour moi, ce sera l’unique but de la soirée et je l’ai vu sur le petit écran posté au-dessus du comptoir d’une des 22 buvettes réparties tout autour du stade. Mais ce but de la délivrance m’a quand même fait oublier l’agacement d’être restée coincée vingt minutes dans la file d’attente pour acheter mon sandwich et ma bière. L’attente aux buvettes est l’un des ratés de cette réorganisation engagée par la Ville, propriétaire du lieu, pour mettre le stade aux normes de l’UEFA. Retournée à mon siège à la place 164 au 16e rang de la tribune nord, 20 minutes après le début de la deuxième mi-temps, ma concentration est retombée. Heureusement, Toulouse remportera le match et cela me permettra d’admirer le « petit Wembley » en fête. Le Stadium municipal doit ce surnom à son allure qui rappelle le mythique stade londonien, avant qu’il ne soit reconstruit.
Edifiée en 1937, l’enceinte toulousaine a le grand avantage d’offrir une vue dégagée sur la pelouse et donne un sentiment de proximité du jeu. Les travaux opérés pour l’Euro 2016 lui ont fait perdre quelque 3 000 places mais ont permis de gagner en confort, dont les 33 150 nouveaux sièges avec dossier sont le meilleur témoignage. J’ai pu le vérifier. Une nouvelle pelouse a également été posée, hybride et chouchoutée à la luminothérapie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Capacité : 33 150 places. Montage : marché public. Maître d’ouvrage : Ville de Toulouse. Maîtrise d’œuvre et BE : Cardete & Huet (architecte mandataire), Atelier Ferret Architectures (associé), Grontmij (structures), TPF-i (fluides), Sud Etudes (électricité), BEHI (HQE), Gamba (acoustique), Alayrac (économiste). Entreprises : pas de mandataire (lots séparés) ; groupement de trois entreprises Socotrap – Comminges Bâtiment – GBMP pour le plus gros lot. Planning du chantier : avril 2013 – novembre 2015. Coût initial des travaux : 39 M€ HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X