Régions Dunkerque

Le chantier du terminal méthanier au pic de son activité

Le chantier du terminal méthanier de Dunkerque a dépassé la mi-parcours et va voir le nombre de salariés sur site bientôt culminer à près de 1 500 (contre 1 337 actuellement). Après l’année 2013 consacrée au génie civil, 2014 est placée sous le signe du montage mécanique. 2015 sera réservée à tous les essais préalables à la mise en service, toujours prévue en fin d’année. Le lot réservoirs, confié à Entrepose et Bouygues, est réalisé à 72 % : les équipes posent actuellement les tôles en acier à 9 % de nickel qui composent la paroi interne de ce « thermos ».

Cabines de travail

Le lot process, piloté par Techint-Sener, en est à 42 % de réalisation. L’installation des canalisations cryogéniques est en cours. Et la construction de l’appontement par EMCC bat son plein : l’entreprise a développé des cabines de travail ad hoc pour mettre ses soudeurs et ses monteurs à l’abri du vent.
Le troisième groupement, Bessac-Razel-Soletanche, a déjà creusé 1,5 km (sur cinq) du tunnel pour amener l’eau chaude de la centrale nucléaire de Gravelines. Le chantier, gêné à ses débuts par la présence d’une argile plus friable que prévu, avance désormais au rythme de 110 anneaux préfabriqués posés par semaine, soit 135 mètres. Signe particulier : les 200 premiers anneaux côté méthanier et les 1 700 côté centrale nucléaire doivent être boulonnés, à la fois du fait de la nature de ce terrain remanié et pour des questions de sécurité. La fin du creusement est attendue pour août 2014.
Sur les 781 millions de travaux qu’a attribués le maître d’ouvrage Dunkerque LNG aux trois groupements sous forme de contrat EPC (Engineering procurement construction), 121 millions ont été confiés à des entreprises locales. LNG va maintenant aider les PME ayant acquis des références à se positionner sur d’autres appels d’offres analogues du secteur pétrolier ou gazier.
Le chantier du terminal méthanier de Dunkerque aura été l’occasion d’une forte mobilisation en faveur de l’emploi à travers la signature de contrats d’une durée moyenne de six mois (hors CDI). Sur 1 007 contrats signés, 51 % l’ont été avec des chômeurs de longue durée. LNG souhaite désormais mettre l’accent sur l’emploi des moins de 26 ans : 50 vont pouvoir être accueillis en alternance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X