Territoires Monaco

Le chantier du futur hôpital de la Principauté s’étalera sur quinze ans

Mots clés : Établissements de soins

Après l’extension de 6 hectares gagnés sur la mer (lire « Le Moniteur » du 11 septembre, p. 54), la Principauté lance son deuxième grand projet structurant de la décennie, cette fois-ci porté par le public. Le coup d’envoi de la reconstruction sur site du Centre hospitalier Princesse Grace (CHPG), confiée à Aecom Limited et au cabinet AIA Associés, vient en effet d’être donné et il devrait s’étaler, en plusieurs phases, au moins jusqu’en 2028. L’enjeu ? Construire un équipement de pointe de 394 lits et 85 000 m² de surface dans œuvre (SDO), pour répondre aux besoins d’un bassin de vie de 125 000 personnes avec, à la clé, un investissement de 683,5 millions d’euros toutes dépenses confondues (janvier 2015).

Après des travaux de protection (bruit, poussière) des façades de l’hôpital existant et des avoisinants, la création de la base vie et les déviations de réseaux, les premiers travaux de soutènement démarrent. Ils s’inscrivent dans la « phase zéro » du projet, qui prévoit le dévoiement de l’avenue Pasteur haute, la construction d’un parking de 534 places et du futur socle qui accueillera les différentes parties du bâtiment, en superstructure.

Respecter les coûts et les délais.

Cette phase, qui représente un investissement de 120 millions d’euros, devrait être achevée au 2e trimestre 2019. Au menu, 40 000 m3 de terrassement et la mise en œuvre de la panoplie complète des techniques de soutènement et de fondations pour réaliser l’infrastructure. « Il s’agit de la phase la plus complexe du chantier, en raison d’une emprise limitée et de la proximité de l’hôpital actuel. D’où le choix de réaliser une infrastructure d’enfouissement limité », explique Yannick Valet, directeur de projet au service des travaux publics. Deux grues et une centaine de personnes, en période de pointe, seront mobilisées pour ces travaux, décomposés en un macrolot voirie, fondation, terrassement et gros œuvre et une série de lots techniques. Pour cette phase, la Principauté a donné la priorité aux entreprises de BTP monégasques, et le lot principal (80 millions) a été confié à Satri (groupe Marzocco). Suivront, en 2020-2021, la livraison de la phase 1 (les deux ensembles au sud, soit 60 % de l’hébergement et les plateaux techniques) et les premières démolitions ; puis, en 2024-2025, la phase 2 (une troisième aile, soit 80 % des surfaces réalisées) ; enfin, en 2028, la phase 3 (achèvement du socle et hôpital complètement opérationnel). En 2029, pourrait être réalisée une quatrième aile, dédiée à la psychiatrie.

Face à un projet d’une aussi longue durée, l’enjeu principal est le respect des coûts et des délais. « Le programme est bien maîtrisé. Le bâtiment a aussi été modélisé et les conditions d’exécution approfondies par les bureaux d’études de la maîtrise d’œuvre. Nous n’avons, par exemple, pas retenu la possibilité pour les entreprises de proposer des variantes de structure », précise Olivier Lavagna, directeur du service des travaux publics.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X