Régions NICE

Le chantier de l’hôpital Pasteur 2 s’achève

Mots clés : Établissements de soins

Sept ans après le démarrage du chantier, Pasteur 2, un des derniers grands chantiers hospitaliers de la région, touche enfin au but : la livraison de la tranche 1 est prévue fin mars et, après la phase d’équipement et de mise en route, ce grand vaisseau de 80 000 m² devrait accueillir ses premiers patients à la fin de l’année. Signé Reichen et Robert (avec Roland Carta, architecte associé) et Ingérop, bureau d’études, cet hôpital urbain de 452 lits et places de jour, va se substituer aux sites de Pasteur et Saint-Roch pour former un grand complexe hospitalo-universitaire à l’est de la ville.

Confort des patients

Il est scindé en deux ensembles : un bâtiment médical avec un socle regroupant les urgences de plain-pied (2 000 m²), l’accueil au 1 er niveau, un grand plateau technique au 2 e niveau, puis trois ensembles verticaux organisés autour de patios pour les activités ambulatoires et l’hébergement. Séparé du bâtiment hôpital, un ensemble en « L » regroupe une crèche, la restauration et des locaux pour le personnel et un amphithéâtre de 210 places, à l’allure d’un galet, marque l’entrée du site. En infrastructure, il a été réalisé un parking souterrain de 1 000 places et six niveaux.
A l’intérieur, l’accent est mis sur le confort des patients avec 80 % de chambres individuelles et, au plan environnemental, le bâtiment bénéficie d’une forte inertie thermique. La production de chaud est assurée par une centrale thermique de chauffage urbain. Des économies d’énergie sont faites grâce à la récupération de chaleur sur les extractions d’air et d’eau chaude de cuisine et stérilisation, etc.
Réalisé en site occupé, le chantier, à l’image des reconstructions complexes, a connu bien des difficultés : problèmes géotechniques au début du gros œuvre avec arrêt des travaux entre mars et novembre 2009, remise en question des calculs parasismiques, incendie dans le sous-sol des parkings en juin 2012, défaillance de l’entreprise d’étanchéité…

Retards et coûts élevés

S’ajoutant à des modifications de programme en cours de travaux (le concours d’architecture remonte à 2003), la tranche 1, dont la livraison au démarrage était annoncée pour fin 2010, a cumulé les retards et les coûts ont grimpé. Au total, l’ensemble du projet (120 000 m² SDO avec les parkings) va représenter près de 390 millions d’euros d’investissements dont 260 millions de travaux. Pour éviter les déconvenues de la phase 1, de nouveaux sondages sont en cours pour la phase 2 et des adaptations de fondations à prévoir. La tranche 2 devrait être livrée fin 2016 et portera la capacité de Pasteur 2 à 730 lits et places.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X