Régions Wattrelos

Le centre-ville transformé

«L’année 2010 va marquer l’engagement de la recomposition du centre-ville », explique Dominique Baert, maire de Wattrelos. Après Roubaix et Tourcoing, la cinquième ville de la métropole (42 700 habitants), qui a aujourd’hui une allure de gros bourg, pourra ainsi se doter d’un cœur à sa mesure grâce à une opération de densification. Lille Métropole communauté urbaine (LMCU) se prononcera à l’automne 2010 sur un projet de création de ZAC.

Cette zone devrait intégrer dans son périmètre à la fois une douzaine d’hectares en centre-ville, dont une partie en friches, et environ la moitié du site Saint-Liévin près de la mairie. Une préétude de programmation et d’aménagement confiée au cabinet d’urbanistes Territoires Sites et Cités a montré pour ce secteur un potentiel de 500 à 600 logements (50 000 m² de Shon) et de 10 000 m² de commerces et tertiaire. Elle a également défini l’évolution de la trame urbaine.
L’autre moitié de la friche Saint-Liévin (environ 4,5 ha) ne serait pas dans la ZAC, mais placée en réserve foncière pour une future Cité du cinéma. En effet, les studios de la Plaine Image sur l’Union n’ont pas la dimension pour répondre à toutes les demandes. Les anciens bâtiments de Saint-Liévin, déjà utilisés par les producteurs, pourraient constituer un nouveau lieu de tournage.
L’automne 2010 va aussi voir le lancement des travaux du boulevard urbain de distribution qui reliera Tourcoing au sud de Roubaix. Au premier semestre 2011, devrait démarrer le chantier de la future « voie du centre » qui reliera le centre-ville à cette artère.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Le double défi des friches

« Wattrelos a subi depuis quinze ans l’effondrement de l’industrie textile. Et ses usines étaient au cœur des quartiers d’habitats. Nous sommes donc confrontés à un double défi : la reconversion économique et l’aménagement de ces friches », explique le maire Dominique Baert qui a ainsi 80 à 90 hectares à restructurer. La plus emblématique d’entre elles est la Lainière, qui s’étend sur 12 ha. En 2011, le désamiantage et la démolition seront achevés pour 10 millions d’euros et des études préopérationnelles dessineront l’avenir du site sans doute vers les textiles techniques. Le Peignage Amédée sera viabilisé l’an prochain pour accueillir des PME. Sur le Sartel, l’Institut régional de développement et la Cirmad (groupe Bouygues) prévoient un village d’artisans. Enfin, la friche PCUK de 46 ha est transformée en espace vert pour 13 millions d’euros de travaux. Elle accueillera le public à l’été 2011.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X