Autres

Le cœur et la raison

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE - Industriels du BTP

Éric Lépine dirige l’usine Caterpillar de Grenoble et préside le Cece.

«Passion » et « pragmatisme ». Au cours des deux heures d’entretien passées avec Éric Lépine, ces deux mots sont revenus une dizaine de fois chacun, parfois dans la même phrase. Étonnant comment deux termes antinomiques structurent un discours sans qu’il soit possible de décider lequel des deux domine. Prenons par exemple les premiers choix du jeune Éric Lépine. « Je voulais faire du sport : du football ou de l’athlétisme », se souvient ce Belge né à Mons et donc, forcément, supporter des Diables rouges. Mais il se montre pragmatique et suit un cursus d’ingénieur en mécanique. « J’adorais la moto… » Est-ce donc par passion qu’il choisit cette voie ? En tout cas, un troisième terme résume son parcours professionnel : la fidélité. Entré chez Caterpillar en 1987, Éric Lépine y travaille toujours, vingt-huit ans plus tard. « J’ai commencé dans l’usine de Gosselies, en Belgique. On me donne comme mission d’y introduire les premiers robots de soudure. Je commence donc par apprendre à souder pour ensuite le faire faire aux robots. » C’est pragmatique… L’opération est un succès, si bien qu’Éric Lépine se voit rapidement confier d’autres responsabilités jusqu’à prendre en charge tout le service de mécano-soudure. Entre-temps, le mur de Berlin est tombé, Caterpillar a acheté une usine en Hongrie qui alimente Gosselies. « Les pièces étaient mauvaises ; je m’en plaignais beaucoup. » Réponse de la direction générale : « D’accord, Éric ! Prends la direction de cette usine et change ce qui ne va pas. » Et voici donc le jeune directeur qui débarque avec femme et enfants dans un pays inconnu. « J’y trouve des ouvriers de qualité, mais appliquant de mauvaises méthodes. » Il les change, fait passer l’effectif de 150 à 500 personnes, et les pièces qui sortent sont enfin correctes. Mais Caterpillar a fait de la mobilité de ses cadres une véritable politique interne, et Éric Lépine est rappelé à Gosselies, loin des ateliers cette fois, pour prendre la direction des ressources humaines. Il n’est plus question de technique mais de management et de négociations syndicales. Et c’est probablement pour ces compétences-là qu’on l’envoie, sept ans plus tard, à Aurora, dans l’État du Colorado, aux États-Unis. « Un choc des cultures ! » qui complète son expérience à l’international. Il est rappelé en Europe deux ans plus tard, d’abord en Grande-Bretagne puis, en 2010, en France, à Grenoble. « Les Français ne sont pas mauvais du tout ! » confirme celui à qui l’on avait parlé des violentes luttes syndicales ayant secoué l’usine quelques mois plus tôt, « mais ils ont la fâcheuse tendance à se focaliser sur les points négatifs… ». Éric Lépine, c’est l’inverse. Il identifie d’abord les atouts, puis mise sur eux. Des points positifs, il y en a à Grenoble, dont « un très fort engagement de la part du personnel ». Assumant parallèlement la présidence du Committee of European Construction Equipment (Cece – Syndicat européen des fabricants d’engins de construction), il cherche la carte maîtresse des industries occidentales. « Cela ne sert à rien de s’épuiser là où nous ne sommes plus compétitifs. La mécano-soudure est longtemps restée la partie noble de notre industrie, mais il faut accepter de la laisser partir là où les coûts de main-d’œuvre sont imbattables, et se focaliser sur les opérations d’assemblage. » C’est ainsi que l’usine de Grenoble exporte ses bouteurs et ses pelles dans le monde entier et que l’industrie européenne tire son épingle du jeu, même en Chine. Encourager ce qui réussit sans s’entêter sur ce qui échoue, c’est comme ça que le pragmatisme nourrit la passion.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Parcours

-1963 Naissance à Mons, en Bel, en Belgique

-1986 Diplômé de la Faculté polytechnique de Mons

-1987 Entre chez Caterpillar

-1994 Directeur d’usine en Hongrie

-1998 Directeur des ressources humaines à Gosselies

-2010 Directeur de l’usine Caterpillar de Grenoble

-2014 Président du Cece

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X