Régions Dunkerque

Le bus libère le canal et les circulations douces

Mots clés : Métier de l'immobilier - Qualité de l'eau - eau potable - Transport collectif urbain - Transport fluvial - Transports mécaniques - Circulation

10 M€ Investissement du groupe chinois BYD pour installer un site de production de bus électriques près de Beauvais.

50 000 euros Prix médian des terrains à bâtir dans le département du Pas-de-Calais en 2016.Source : notaires de France – BDD Perval.

48 % des 65 000 km de canalisations d’eau potable en Normandie ont été posés avant 1970.

Restructuration du réseau de transport et aménagement de l’espace public. C’est l’objectif « deux en un » du gigantesque chantier DK’Plus de Mobilité. Lancé fin 2016, le projet destiné à favoriser la circulation des bus sur l’agglomération dunkerquoise va aussi remodeler en profondeur les espaces publics afin de favoriser l’ensemble des modes de circulations douces. Coût total des travaux : 65 millions d’euros, dont 5 millions pour les études et les acquisitions foncières.

La transformation la plus spectaculaire, qui va absorber à elle seule la moitié du budget, concerne le chantier en train de métamorphoser la D 601. Cette véritable autoroute urbaine à 2 fois 2 voies (90 km/h) d’environ 5 km, séparant Saint-Pol-sur-Mer et le quartier de Petite-Synthe, va devenir un boulevard urbain vert et apaisé (50 km/h). Doté d’une voie verte et d’une voie dédiée aux bus, il permettra aux différents modes de déplacements de cohabiter et de desservir les quartiers traversés, ce qui n’était pas possible jusque-là. Ce chantier, qui doit s’achever fin 2017, se situe cependant sur l’axe le plus fréquenté de l’agglomération (27 000 véhicules/jour).

« L’objectif n’est pas de créer une ligne de bus mais bien de favoriser tout un réseau. »

Un phasage très précis. Le projet doit aussi, sur 1,5 km, libérer le canal de Mardyck, enserré au milieu de la « Pénétrante » entre des rideaux de palplanches. « Le challenge était de réussir à conserver en permanence deux voies de circulation tout en “libérant” de son carcan le canal. Il a fallu pour cela prévoir un phasage très précis », souligne Jean-Louis Bultheel, chef d’agence d’Eurovia STR-Dunkerque, mandataire du groupement ayant remporté le lot 1 (lire encadré ci-contre) et comprenant aussi EJL Douai (grands travaux et génie civil) et Ramery TP. « Pour le canal, la solution de maîtrise du débit v i a un assèchement utilisant batardeau et pompage à 1,5 m3 /seconde fonctionne bien, nous arrivons à baisser le niveau du canal d’un mètre. Par ailleurs, afin de remonter au niveau des voies extérieures à la route départementale, nous allons utiliser 30 000 m3 de remblais », précise Erwan Paxion, directeur de travaux pour le groupement. « Les matériaux de remblais sont recyclés à 100 %, note Jean-Louis Bultheel. Nous avons perdu un peu de temps au début avec des inconnues, comme l’arrivée d’effluents latéraux sur le canal mais aujourd’hui nous progressons très vite. » « Le canal va passer de 4 m de large d’emprise à 10-15 mètres, avec de vraies berges. Tous les 200 mètres environ, une passerelle permettra de le traverser », détaille Xavier Dairaine, chef de projet transport à haut niveau de service pour la communauté urbaine Dunkerque Grand Littoral. « Grâce à ce premier secteur, nous allons augmenter de 5 km le linéaire de surface en site propre de nos bus. L’objectif de DK’Plus de mobilité n’est pas de créer une ligne de bus mais bien de favoriser tout un réseau, d’en assurer la fiabilité et de favoriser les mobilités douces dans leur ensemble », souligne le chef de projet.

Nombreux travaux dans le centre. C’est dans cette optique et dans la continuité de cette première métamorphose de la D 601 que de nombreux autres travaux d’aménagement vont être engagés. Les abords de la gare (secteur 2) et les chaussées du centre-ville (secteur 4) vont ainsi être largement remodelés. « Par exemple, dans le centre, la circulation automobile va être resserrée, ce qui permettra de créer une bande de trottoirs supplémentaire destinés à accueillir le mobilier urbain laissant ainsi tout le reste du trottoir libre. Un rêve pour les piétons. Ces bandes permettront notamment de placer les nouveaux abribus. Créés spécialement pour l’occasion, ces abris version XXL feront aussi office d’auvents pour protéger les passants », souligne Xavier Dairaine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Six secteurs et treize lots

L’ensemble des travaux de DK’Plus de mobilité a été divisé en six secteurs et en treize lots qui ont été présentés aux entreprises locales en 2016. Le secteur 1, celui de la D 601, le plus technique, a été divisé en deux lots (1 et 7). Le lot 1 (27, 84 M€) comprend la voirie et réseaux divers (VRD), les ouvrages d’art et le génie civil, l’éclairage public et les stations. Le lot 7 (2,6 M€) comprend les aménagements paysagers et a été attribué à l’entreprise Seve (Terenvi). Le deuxième plus gros marché, le lot 2, qui concerne le secteur 2, celui de la gare, avec 8,9 M€ de travaux de VRD, d’éclairage et de stations, et le lot 4 (3,21 M€ pour VRD et éclairage), situé sur le secteur du centre-ville (secteur 4), ont été attribués au même groupement que le lot 1. « Nous avons rajouté la compétence “pavage” sur ce lot 4 en nous associant à VPN. Nous sommes très fiers de ces trois chantiers “vitrines”. Le secteur gare démarre mi-avril, et mi-mai ce sera le centre-ville », se félicite Jean-Louis Bultheel, chef d’agence d’Eurovia STR-Dunkerque. L’appel d’offres pour les travaux de VRD du secteur 3 se termine le 2 mai.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X