Autres

Le bonheur est dans le jardin urbain

Du 4 au 7 juin au jardin des Tuileries, « Jardins, Jardin » présentera la réponse des professionnels du paysage aux défis climatiques et urbains, en écho à la 21e Conférence mondiale sur le climat (COP 21) qui se tiendra à Paris à la fin de cette année.

Le décloisonnement entre les professionnels de la ville et du paysage franchira une nouvelle étape à la douzième édition de Jardins, Jardin, intitulée « La ville heureuse ». Pour justifier ce titre par rapport à l’actualité parisienne, française et mondiale, les organisateurs de la manifestation phare du mois de juin, au jardin des Tuileries, évoquent d’abord le sommet planétaire sur le changement climatique, qui se réunira à la fin de cette année à Paris : « Plus on plante, en intensif comme en extensif, et mieux on réduit les pics de température estivale, jusqu’à 3 °C, tout en ralentissant les chutes de température hivernale », rappelle le jardinier et écrivain Pierre-Alexandre Risser, l’un des quatre pères de l’exposition annuelle de jardins éphémères, aux côtés des frères Xavier et Dominique Laureau et d’Olivier Riols.

Espace de liberté.

Mais, au-delà de la réponse au défi climatique, la « ville heureuse » se réfère au bouleversement des modes de vie observé depuis deux générations, avec l’électroménager pendant les Trente Glorieuses, et les technologies de l’information au tournant du xxie siècle. « La plupart de nos actions nécessitent d’appuyer sur un bouton. Face à cette dépendance à l’égard de la technologie, le jardin offre le dernier espace de liberté, d’autant plus...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 380 du 10/06/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X