Architecture Technique Panorama

Le bois pousse un peu partout dans le monde

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois

Bureaux ou logements, tous s’enflamment pour le matériau !

A la fin du XIXe siècle déjà, le roi des Belges voulait ériger à l’entrée du bois de la Cambre (Bruxelles) une tour en bois de 300 m de haut (Léon Govaerts, architecte)… Le projet a fait long feu, heureusement sans doute. Il a le mérite, quoi qu’il en soit, de rappeler que ce matériau peut servir à édifier autre chose que des chalets et, qu’à cet égard, la France s’est longtemps montrée frileuse et rétive à imaginer des constructions de moyenne ou grande hauteur.

Nos voisins européens en particulier s’en sont emparés déjà depuis l’aube du XXIe siècle, à telle enseigne que le bois a acquis ses lettres de noblesse en se banalisant – voire en disparaissant – et en devenant ainsi un matériau de construction (presque) comme les autres. Florilège de réalisations…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maison à clins de cèdre en Suède

Livrés l’été dernier à Sundbyberg, dans la banlieue de Stockholm (Suède), les 31 logements de l’immeuble Strandparken (2 740 m2) sont signés de l’architecte Gert Wingårdh. Le bâtiment de neuf niveaux en structure bois affiche des allures de gros chalet urbain. Entièrement habillé de tavaillons de cèdre, il coûte, aux dires de l’architecte, 15 % de plus qu’une construction traditionnelle. Trois autres sont en chantier et le surcoût diminue à chaque fois, précise-t-il. L’ensemble est si léger qu’il doit être ancré dans le sol, des combles au rez-de-chaussée, par des tire-fonds de 23 mm en acier. Les logements sont commercialisés autour de 5 400 euros/ m2.

ENCADRE

Charpente à la japonaise

Pour le siège du groupe Tamedia, au bord de la rivière Sihl à Zurich (Suisse), l’architecte Shigeru Ban et son confrère Jean de Gastines ont imaginé une structure bois abritée par une double peau de verre. Haute de six étages pour 10 000 m2 environ de plateaux, cette ossature en épicéa digne de celle d’un temple shintoïste est formée par des poutres moisées et des piliers préfabriqués et assemblés sur place, sans aucune pièce métallique. Quelque 2 000 m3 de bois en provenance d’Autriche ont été nécessaires pour ce premier bâtiment du Japonais en Suisse.

ENCADRE

Des gratte-ciel en structure bois

L’architecte canadien Michael Green prône la construction de gratte-ciel en structure bois (lire entretien p. 86). Si le projet n’a pas encore trouvé de promoteur, le principe constructif se base sur l’utilisation de bois massif pour former le noyau et les murs porteurs. Ces derniers peuvent former des cloisons ou être déportés en façade, tandis que les planchers sont réalisés à partir de poutres métalliques.

ENCADRE

De l’habitat finlandais en cubes d’épicéa

Premier achevé d’un ensemble de trois immeubles de logements, ce bâtiment, livré en novembre 2014 dans la banlieue de Jyväskylä (Finlande) est aussi le premier édifice de huit niveaux réalisé en bois dans le pays. Pour y parvenir, l’agence d’architecture Oopeaa a mis en œuvre des cubes préfabriqués en lamellé-croisé d’épicéa. Ce système de modules adaptables, légers et prêts à l’emploi, a été développé avec la firme finlandaise Stora Enso. Il devait notamment permettre de minimiser les éventuels retards de chantier.

ENCADRE

Six étages de logements à Berlin

Les constructions en bois de grande hauteur sont autorisées en centre-ville depuis 2002 à Berlin. C’est ainsi qu’a pu y être bâti, en 2008, l’immeuble résidentiel E3, haut de 22 m, soit six étages. Conçu par l’agence Kaden Klingbeil Architekten, il dispose d’une surface habitable de 987 m2. L’ossature est constituée de poteaux-poutres acier/lamellé-collé (section de 32 × 36 cm). Les planchers sont mixtes béton/lamellé-croisé (panneaux moyens de 3,50 × 3,10 m). Une isolation en laine minérale et un enduit blanc recouvrent les façades.

ENCADRE

A Milan, des tours habitées

Avec ses quatre tours culminant à 27 m, le complexe résidentiel livré en 2013 à Milan (Italie) par l’agence Rossiprodi Associati se présente comme la plus haute réalisation d’Europe en panneaux lamellés-croisés. Grâce à cette technique, les 18 850 m² de l’opération ont été construits en dix-huit mois. Au total, 123 logements sociaux prennent place dans ces immeubles de huit étages, bordés de jardins.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X