Architecture Technique Numérique

Le BIM, un atout pour la gestion de patrimoine

Mots clés : Conservation du patrimoine - Logiciels - Outils d'aide

Le BIM en exploitation a de nombreux avantages, à condition de veiller aux mises à jour.

«Certes, le scénario de la réalité augmentée pour visualiser des gaines dissimulées par des dalles de faux plafond est sublime, mais nous n’en sommes pas encore là », indique Tony Gomes, P-DG d’Active3D, société spécialisée dans l’édition de logiciels pour l’exploitation des bâtiments. Pour autant, la numérisation d’un patrimoine – en général de plusieurs millions de mètres carrés -, associée à une gestion de la base de données, permet déjà de réaliser des économies. Un exemple concret : un groupe agroalimentaire (dont le nom reste confidentiel) cherche à connaître au mètre près, et sur l’ensemble de son parc, la position des extincteurs, des détecteurs de fumée et des sprinklers. « Transmettre ces données à son assureur va réduire de 10 % le montant de son contrat », affirme Tony Gomes. L’intérêt du BIM (bâtiment et informations modélisés) en exploitation est également indéniable pour Christophe Moreau, directeur du projet de modernisation des métiers chez Bouygues Construction : « Aujourd’hui, un exploitant qui arrive sur un site doit dresser l’état des lieux et lister tous les équipements techniques. Avec une maquette numérique, il disposerait en quelques clics d’informations plus précises. » A condition, en neuf, que la maquette numérique du bâtiment ait été conçue en vue de son exploitation dès le départ. Cela n’a pas pu être le cas pour le bâtiment occupé par Thales (voir ci-dessous) où l’adaptation a posteriori nécessite un budget complémentaire.

Accessible aux petites structures.

Utiliser le BIM pour l’exploitation est d’autant plus complexe que l’IFC (voir glossaire ci-contre) ne normalise pas encore les données liées au fonctionnement des bâtiments. Afin de combler cette lacune, Active3D a lancé la « Charte BIM 6D » afin qu’architectes, bureaux d’études et maîtres d’ouvrage disposent des moyens pour générer une maquette numérique directement utilisable en exploitation. L’éditeur de logiciels souhaite également que ce document serve de base de travail dans les réunions de Building Smart International, l’association qui régit les IFC. En attendant le résultat de ces travaux, plusieurs entreprises cherchent à rendre l’exploitation des bâtiments en BIM accessible aux petites structures. C’est le cas en particulier de B2BIM qui va lancer un service de numérisation du bâtiment, puis de gestion et de mise à jour de la maquette numérique. La société Coméode va également créer une entité dédiée à la gestion de parc immobilier en BIM. Un nouveau service est donc en train d’émerger, afin de créer et surtout de maintenir à jour les données de la maquette numérique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Logement social - Réduire les dépenses d’énergie

La numérisation du patrimoine d’Habitat 76 sera terminée fin 2015. La base de données relatives aux 28 000 logements gérés par le bailleur social contient des plans digitalisés, enrichis par des relevés, tels que les métrés des parties communes, des étages, des appartements, des toitures, etc. Les équipements liés à la sécurité, tels que les systèmes de désenfumage ou de chauffage, ont aussi été ajoutés à la base de données. Ce travail a représenté 1,9 million d’euros HT d’investissement sur trois ans. « A court terme, ces données seront transmises aux entreprises de travaux », indique Sébastien Metayer, directeur du patrimoine. « Elles disposeront ainsi des surfaces exactes à isoler thermiquement par l’extérieur et de la nature des matériaux existants », poursuit-il à titre d’exemple. A plus long terme, cette base de données sera maintenue à jour, notamment grâce aux visites sur site de techniciens équipés de tablettes numériques. Enfin, ces données seront couplées aux informations sur les consommations des logements à destination des locataires. Mille logements seront équipés de capteurs ad hoc en 2016.

ENCADRE

Tertiaire - De la construction à l’exploitation

Conçue d’abord comme une aide à la construction de l’ensemble tertiaire occupé par Thales à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), la maquette numérique a été adaptée à l’exploitation. « Notre objectif est de définir un standard d’exploitation en BIM pour nos futurs sites », indique Thierry Berthomieu, directeur du programme Copernic de Thales, qui vise à définir toutes les prestations de Facility Management du groupe en Europe. Côté technique, de nombreuses données ont été ajoutées. La maquette initiale définissait un étage type. « Il a fallu ajouter des fiches produits sur les équipements techniques et, pour chaque étage, les informations relatives aux cloisons, aux groupes de ventilation, etc. », précise David Ernest, directeur de l’innovation chez Vinci Facilities. Des liaisons fonctionnelles mettent en évidence les réseaux afin de savoir, par exemple, de quelle centrale de traitement d’air dépendent des bouches de soufflage. Enfin, une interface spécifique a été créée pour l’exploitation. Le coût de l’adaptation s’élève aujourd’hui à 100 000 euros HT.

ENCADRE

Aménagement - Un concept d’agences bancaires adapté à 200 configurations

Les 200 agences du Crédit agricole de Vendée et de Loire- Atlantique vont faire l’objet d’une rénovation lourde pour mettre en place le nouveau concept d’accueil. Afin d’adapter ce projet aux différentes configurations, le BIM s’est imposé. « Après le relevé au scanner 3D pour connaître la géométrie des lieux, nous allons réaliser une maquette numérique par agence », indique Frédéric Debureau, fondateur et gérant de Coméode. Certes, la création de tous les objets, de la plinthe à l’unité de climatisation en passant par l’interrupteur et les éclairages, requiert un travail initial important. Mais ce temps est compensé par la facilité de validation de tous les acteurs à partir d’un document unique, et la redondance des projets. Ce niveau de détail élevé très en amont des chantiers facilite les appels d’offres, les achats et les approvisionnements puisque tous les détails constituent la base de données commune. Cette base de données servira ensuite à l’entretien et la maintenance. Elle sera remise à jour, au fil des futurs travaux, par Coméode qui gérera les maquettes numériques de son client.

ENCADRE

Mots-clés du BIM

Maquette numérique : représentation en 3D de l’ensemble des informations qui permettent de concevoir et de construire un ouvrage, mais aussi d’en simuler les comportements.
BIM (Building Information Modeling) : processus par lequel ces informations sont gérées tout au long de la vie de l’ouvrage. La traduction française officielle est « bâtiment et informations modélisés ».
IFC (Industry Foundation Classes) : Il s’agit d’un format d’échange de fichiers standardisé, utilisé pour échanger et partager des informations entre logiciels.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X