Territoires

Le BIM, première langue à l’école d’ingénieurs de la construction

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Des huiles en veux-tu en voilà et des étudiants sapés comme des princes. C’est un jour pas comme les autres à l’Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen. D’un côté, on porte sur les fonts baptismaux le premier centre de compétences dédié à la maquette numérique, monté en partenariat avec l’académie de Caen, le lycée Laplace (labellisé « lycée des métiers de l’habitat et des travaux publics ») et le CFA BTP du Calvados. De l’autre, les « 5e année » soutiennent leur thèse. En équipe, comme dans la vraie vie du BTP, ceux-ci doivent répondre à un appel d’offres concernant une extension du port de Bastia. Tous parlent couramment le BIM, qui fait partie du tronc commun d’enseignement (accessible aux post-bac, prépa et IUT/BTS). « Le BIM, c’est une langue nouvelle qu’il va falloir apprendre à pratiquer sur les chantiers », justifie Jérôme Lebrun, le directeur de l’ESITC Caen, qui vient de succéder à Hélène Grimault-Duc, fondatrice de l’établissement en 1993.

Promotions élargies.

A compter de la rentrée prochaine, l’ESITC Caen augmentera sa capacité d’accueil de 40 % (750 étudiants à terme) grâce à 3 000 m2 de locaux supplémentaires (un chantier de 10 millions d’euros porté par les collectivités et la fédération régionale des travaux publics). Deux salles équipées de 98 terminaux en réseau et interconnectés, destinées aux élèves ingénieurs du mastère spécialisé Eco-matériaux et conception numérique et à la formation continue, permettront de travailler sur des projets BIM grandeur nature avec des partenaires français et internationaux. A noter encore le lancement d’un nouveau programme de recherche Btonlin (premier béton structurant à base de fibres de lin), qui fait l’objet d’une thèse Cifre (convention industrielle de formation par la recherche) en collaboration avec l’entreprise CMEG. L’école d’ingénieurs s’est également entendue avec la Ville de Caen pour participer prochainement à un chantier expérimental autour du pavé drainant.
L’ESITC Caen vient par ailleurs de recevoir de la Commission des titres d’ingénieur (CTI) l’autorisation de diplômer désormais 160 élèves par promotion (contre 100 actuellement). Des promotions garanties plein emploi.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X