Enjeux

Le BIM à l’échelle du territoire

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide - Matériel - Equipement de chantier

Marne-la-Vallée envisage de créer un démonstrateur dédié à la maquette numérique.

Le suspense reste entier : y aura-t-il ou non un démonstrateur du building information modeling (BIM) sur le territoire des établissements publics d’aménagement de Marne-la-Vallée, en Seine-et-Marne ? La question sera tranchée d’ici à juillet. En attendant, les deux organismes, EpaMarne et EpaFrance, cogitent. Ils étudient les 183 propositions reçues dans le cadre de l’appel à contributions « pour la création d’un démonstrateur BIM » clos fin 2016. « Les répondants viennent d’univers variés : PME, start-up, structures d’enseignement supérieur et de recherche, collectivités locales… », énumère Jean-Baptiste Rey, directeur général adjoint d’EpaMarne et EpaFrance. L’objectif de ce démonstrateur – espace qui pourrait s’installer sur le site Descartes à Marne-la-Vallée, qui accueille déjà l’école des Ponts ParisTech et le cluster de la ville durable du Grand Paris – est de partager des expérimentations et des retours d’expériences concrets sur le BIM. Il permettra notamment de travailler sur les difficultés techniques liées à l’interopérabilité des logiciels ou aux moyens de valoriser les maquettes numériques auprès des maîtres d’ouvrage.

Les contributeurs potentiels pourront choisir leur statut (leader, acteur ou observateur) en fonction de leurs expériences et de leurs moyens. « Nous voulons dépasser le groupe de réflexion théorique pour proposer des expérimentations à l’échelle du territoire », insiste Jean-Baptiste Rey, avant de rappeler que la forme juridique ou le modèle économique de ce démonstrateur BIM sont encore à définir.

Modéliser le fonctionnement d’un quartier. En termes d’expérimentations, les établissements publics travaillent déjà sur deux axes. Le premier est de réussir à mener une étude d’impact en BIM. « Cela existe déjà pour les infrastructures linéaires, mais nous voulons le réaliser à l’échelle d’un projet d’aménagement, avec modélisation des bases de données environnementales et visualisation des états existants et futurs d’un quartier », précise -t-il. L’autre sujet à l’étude a trait au Grand Paris Express. Il ne s’agit plus de simplement modéliser la future gare de Noisy-Champs (Seine-et-Marne) mais d’envisager également le fonctionnement du site (circulations de voyageurs et de véhicules, nuisances sonores… ) à l’échelle territoriale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X