Autres

Le BF600 C-2, un finisseur de conception classique

Mots clés : Réseau routier - Travaux publics

Routes. Les testeurs de Technique-TP livrent leurs impressions aux lecteurs du Moniteur après une journée passée aux commandes d’un finisseur de Bomag.

Bomag nous a conviés sur un chantier de l’entreprise Fayat TP pour tester un BF600 C-2, un modèle de finisseur de la catégorie des 20 t correspondant aux machines dites « d’agence ». Ce dernier est plutôt bien dessiné. Le moteur MTU 4 cylindres en Étape 4 développe 158 ch (115 KW) ; un générateur électrique de 30 kVA y est associé. Au travail, cet engin nous a paru silencieux, surtout en utilisant la fonction « écomode » qui agit sur la vitesse du moteur, le système hydraulique et les différents ventilateurs. La trémie, d’une capacité théorique de 7 m3, est suffisante pour une utilisation normale. À l’avant, des rouleaux absorbeurs de chocs (réglables hydrauliquement en profondeur) s’avèrent très efficaces pour corriger les approches trop brutales des camions d’approvisionnement. Le convoyeur à chaînes est classique (mais réversible et indépendant) ; le tunnel est standard, le contrôle du débit du convoyeur étant automatisé grâce à la présence de capteurs à ultrasons. Sur la version mise à notre disposition, la table était le modèle électrique S500 TV de 2,50 à 5 m, avec possibilité d’extension à 7,55 m grâce à des élargisseurs dotés d’un système de couplage rapide, propre à Bomag. Le caisson central dispose d’une tôle de lissage unique, longue de 2,50 m, et de résistances électriques placées dans des caissons en aluminium démontable diffusant une chauffe homogène en tous points. Le précompactage est assuré par des dameurs simple rang. Le poste de conduite peut facilement se déporter latéralement de 60 cm de part et d’autre, mais le siège et le tableau de bord vibrent beaucoup en déplacement rapide. D’une manière générale, la console de commande nous semble moins à la pointe du progrès que celle des modèles concurrents. C’est également vrai pour les pupitres de table qui, en plus, ne sont ni démontables ni protégés par un capot. Côté carrosseries, les capots ouvrants sont bien placés, mais leurs huisseries nous semblent un peu légères… Tiendront-elles le choc ? En conclusion, le BF600 C-2 est un finisseur globalement bien conçu, qui fait son travail, mais ne recèle pas de grandes innovations.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

+ : Nous avons été séduits par la table de pose. Elle est compacte, la passerelle télescopique est repliable, la chauffe est efficace et bien homogène grâce à des résistances facilement démontables. À l’autre bout de la machine, les absorbeurs de choc par rouleaux s’avèrent bien utiles pour corriger les approches des camions. Autres atouts de cette machine : un extracteur de fumées intégré et un bon accès aux points de service grâce à des capots s’ouvrant largement sur des organes bien placés. Enfin, le niveau sonore est tout à fait acceptable.

– : C’est au niveau des interfaces de commande que ce finisseur n’est plus dans l’air du temps. Les consoles de la table ne sont ni démontables ni protégées, les commandes faites d’interrupteurs et de commutateurs sont un peu sophistiquées, et leur raccordement se fait par de trop nombreux connecteurs mécaniques. À cette conception du poste de conduite s’ajoute de l’inconfort car il vibre trop, surtout lors des phases de translation rapides, ce qui témoigne d’une répartition des masses à revoir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X