Actualité Conjoncture

Le bâtiment entre en convalescence

Contrastée. Telle est la photographie du bâtiment à l’entame de cette fin d’année. Du côté du logement neuf, on assiste à une stabilisation des mises en chantier (327 000 logements en rythme annualisé) et à une progression marquée du nombre d’autorisations (permis de construire). A la Fédération française du bâtiment, l’espoir vient surtout du retournement de tendance intervenu sur les trois derniers mois ( 1,3 %) par rapport aux mêmes mois de 2009. Mais, sur le segment du non-résidentiel neuf, l’embellie n’est pas au rendez-vous. Seules les surfaces autorisées de bâtiments administratifs progressent ( 25,5 % de mai à juillet 2010/mai à juillet 2009). Une hausse étonnante puisqu’elle intervient après l’accélération due au Plan de relance et au moment où les finances locales sont tendues. En revanche, qu’il s’agisse des commerces ou des bâtiments industriels, le recul se poursuit, tant en mises en chantier qu’en surfaces autorisées. Enfin, le marché de la rénovation est peu dynamique. En volume, l’activité au 2 e  trimestre est en repli de 3 % par rapport au même trimestre de 2009. L’annonce du maintien de la TVA à taux réduit a donc soulagé les professionnels.
Au global, les carnets de commandes se redressent légèrement. A la fin du 2 e  trimestre, ils s’établissaient à cinq mois de chiffre d’affaires (niveau de mi-2008). La balance entre créations et défaillances d’entreprises reste positive et le recul de l’emploi devrait être contenu. « Nous devrions finir l’année avec une contraction de 20 000 équivalents temps plein contre 30 000 initialement prévus, annonce Didier Ridoret, président de la FFB. Le bâtiment entame sa convalescence. Pour autant, la guérison totale n’est pas encore en vue. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X