Territoires

Languedoc-Roussillon L’habitat participatif change d’échelle

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Le territoire de l’ex-Languedoc-Roussillon dispose désormais d’un outil destiné à promouvoir l’habitat participatif. La société coopérative d’intérêt collectif (Scic) Hab-Fab réunit aujourd’hui une cinquantaine de sociétaires : particuliers, associations et professionnels de la construction. Elle pourrait s’ouvrir également à des bailleurs sociaux et à des collectivités. La nouvelle structure s’est donné pour triple mission de sensibiliser le public et les collectivités à ce nouveau mode d’habitat, de former les acteurs concernés et d’accompagner des groupes d’habitants dans leurs projets.

Cinq projets sont déjà en gestation dans l’Hérault et le Gard. Le plus avancé, MasCobado, est un programme de 23 logements à Montpellier, dont la livraison est prévue cet été. Ce sera la première opération d’habitat participatif en France à intégrer des logements sociaux. L’opération a été montée avec la participation du bailleur Promologis (groupe Ciléo), devenu maître d’ouvrage.

Mobiliser les bailleurs sociaux.

« Ce modèle, expérimenté à Montpellier, est appelé à être reproduit, explique Stefan Singer, directeur général d’Hab-Fab. L’intervention d’un bailleur social permet de sécuriser la phase de construction et d’introduire de la mixité sociale. Les habitants restent maîtres de la programmation et de la conception de leur bâtiment mais en délèguent la construction à un opérateur professionnel. »

L’existence d’une structure coopérative, ouverte à tous les acteurs concernés, doit permettre d’accélérer le développement de l’habitat participatif. « Nous pensons que l’on a suffisamment expérimenté pour pouvoir passer désormais à une diffusion plus large », estime Stefan Singer. Dans le Gard, Hab-Fab a ainsi été chargé par la communauté d’agglomération Nîmes Métropole de faire émerger et d’accompagner trois projets d’habitat participatif. Le premier verra le jour à Saint-Côme-et-Maruéjols.
La Scic prévoit d’élargir, dès cette année, son champ d’action à Midi-Pyrénées. Elle espère être en mesure d’accompagner simultanément 15 à 20 projets d’ici à deux ans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X