Territoires

Languedoc-Roussillon 21 000 logements par an à construire d’ici à 2020

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Le besoin en logements neufs en Languedoc-Roussillon va connaître un léger tassement dans la décennie à venir tout en restant soutenu. Tel est le premier enseignement d’une étude prospective réalisée par la Dreal Languedoc-Roussillon. Le besoin constaté, qui était de 22 350 logements par an entre 1999 et 2010 (soit 9,1 logements pour 1 000 habitants), est estimé à 21 600 logements entre 2010 et 2020 (7,8 logements pour 1 000 habitants) et 20 700 logements entre 2020 et 2030 (6,9 logements pour 1 000 habitants). « Le rythme de construction moyen est de 20 000 logements par an, rappelle Didier Kruger, directeur régional de la Dreal, mais avec des hauts et des bas : il est tombé à 15 000 logements en 2014. » Ce fléchissement du besoin en logements s’explique par le ralentissement de la croissance démographique. L’accueil des nouveaux habitants, qui totalisait 62 % des besoins dans la décennie 1999-2010, n’en représentera plus que la moitié entre 2020 et 2030. Le reste des besoins est lié au desserrement des ménages, au renouvellement du parc et à l’évolution des résidences secondaires.

La moitié des besoins concentrés dans l’Hérault.

Selon l’étude de la Dreal, la Métropole de Montpellier concentre 19 % des besoins estimés (4 000 logements par an), l’agglomération de Perpignan Méditerranée 10 % (2 073 logements) et celle de Nîmes 8 % (1 611 logements). Quant au département de l’Hérault, il cumule 45 % des besoins (9 200 logements).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X