Régions Haute-Garonne

Labège Innopole prend un nouveau départ

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Politique du logement - Transport ferroviaire

680 M€ Montant total des travaux de la LGV SEA sous-traités à des entreprises locales.

Source : Cosea.

350 km Littoral surveillé par l’Observatoire de la côte aquitaine qui travaille sur l’érosion.

Source : Observatoire de la côte aquitaine.

+ 40 % Hausse des ventes de logements neufs dans la métropole bordelaise entre 2015 et 2016.Source : FPI.

Le parc d’activités tertiaires Labège Innopole devient Labège Enova Toulouse. Exit l’appellation InnoMétro, associée au projet de transformation qui devait accompagner l’arrivée du métro à Labège. L’abandon, au printemps 2016, du prolongement de la ligne B au profit du Toulouse Aerospace Express (TAE), la troisième ligne de métro de la métropole toulousaine, a conduit le Sicoval, la communauté d’agglomération du sud-est toulousain, à repenser le projet d’aménagement du parc de 350 ha et à lui donner une nouvelle identité. Le changement du type de transport a en effet ramené de quatre à trois le nombre de stations qui desserviront le parc d’activités et de repousser à 2024 l’arrivée du métro, initialement attendu pour 2019-2020.

Accent mis sur les mobilités douces. Dans ce contexte, le plan-guide établi en 2014 par le cabinet d’architecture et d’urbanisme HDZ a été remanié. Le nouveau document, qui trace l’avenir du site pour les vingt ans à venir, met l’accent sur les mobilités douces, afin de réduire la part de la voiture dans les déplacements internes sans attendre l’arrivée du métro. Il promeut également l’idée d’un circuit court de l’innovation. « Les développements techniques imaginés par les entreprises présentes doivent se retrouver dans le quotidien du site », explique Baptiste Hernandez, directeur de HDZ. Enfin, le projet reconsidère la notion de parcours résidentiel pour les entreprises. « Au lieu qu’une start-up ait à se déplacer lorsqu’elle grandit, pourquoi ne pas imaginer que ce soit les bâtiments et les aménagements qui s’adaptent à sa croissance ? », interroge Jacques Oberti, président du Sicoval.

Avant tout, le projet de rénovation urbaine engagé par le Sicoval vise à densifier un territoire où 42 ha sont occupés aujourd’hui par des parkings. Le projet prévoit la création de 580 000 m2 de plancher supplémentaires. « Labège Enova Toulouse offrira un potentiel digne des projets des grandes métropoles, comme Euralille ou Bordeaux Euratlantique », souligne Amaury Mourcou, directeur du développement économique du Sicoval. Le nouveau parc comportera, du nord vers le sud, quatre séquences successives, consacrées respectivement aux activités commerciales, au tertiaire, aux loisirs et à l’habitat. Cet enchaînement aura pour colonne vertébrale la Diagonale, une voie dédiée aux mobilités douces, que parcourra une navette électrique autonome. L’aménagement lui-même sera réalisé sous forme de macrolots, qui feront l’objet d’appels à projets.

La première de ces consultations devrait être lancée d’ici à l’été 2017. Elle concernera une partie de l’ex-site Sanofi, une friche de 10 ha acquise par le Sicoval qui souhaite y développer un pôle numérique, orienté en particulier vers l’Internet des objets. Pour conduire cette opération, la collectivité a créé une société publique locale d’aménagement (SPLA), dont la présidence a été confiée à Alain Sérieys, jusqu’ici vice-président du Sicoval chargé de l’aménagement de l’espace et de l’habitat.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X