Régions Paris

La ZAC Bercy-Charenton bientôt en phase opérationnelle

Initié en 2007, le projet de ZAC Bercy Charenton, dans le XIIe arrondissement, vient de franchir une étape significative. A la suite de l’enquête publique qui s’est déroulée à la fin 2016, la commission d’enquête a émis un avis favorable à la déclaration de projet emportant la mise en compatibilité du PLU relative à l’aménagement du quartier Bercy-Charenton. Un feu vert assorti de trois réserves et quatre recommandations.

Bordé par Bercy-Village, la Seine, le boulevard périphérique et le bois de Vincennes, traversé par le faisceau ferroviaire de la gare de Lyon, le site s’étend sur 80 ha dont 20 ha d’emprises aménageables, pour l’essentiel (19 ha) propriété de la SNCF. Le quartier qui s’y développera se composera de 4 000 logements (280 000 m2 ), 215 000 m2 de bureaux, de programmes hôteliers, d’équipements publics, d’un hôtel logistique… soit 600 000 m2 au total. En 2010, la mairie a confié la maîtrise d’œuvre urbaine du projet à l’agence Rogers Stirk Harbour+Partners (mandataire).

Moins de logements sociaux. La première réserve porte sur le secteur Léo-Lagrange qui constitue l’entrée ouest du bois de Vincennes. La commission demande « l’abandon de la construction de logements (357 prévus) et de l’équipement culturel associé sur l’emprise du centre sportif ». Elle se dit ensuite « pas entièrement convaincue par la démolition des voûtes 5 et 6 de la gare inférieure de la Rapée et de la façade ouest avec sa succession spectaculaire d’arcades et son chemin de ronde ». Troisième réserve : ne pas localiser des immeubles d’habitation ou des établissements sensibles dans la bande de 50 m longeant le périphérique.

Quant aux recommandations, l’une porte sur la part de logements sociaux, la commission préconisant de la ramener de 60 à 50 %. Une autre concerne les immeubles de grande hauteur (le plus haut culminerait à 180 m) qui, fait valoir la commission, ont fait l’objet de nombreuses réactions.

Selon la Ville de Paris, le PLU sera modifié, la ZAC créée et l’aménageur désigné d’ici à la fin de l’année de manière à permettre le démarrage des premiers travaux dès 2019, ceux-ci devant se poursuivre jusqu’en 2030. Les dépenses prévisionnelles de l’opération d’aménagement s’élèvent à environ 1 milliard d’euros (dont 330 M€ pour l’acquisition du foncier), les ventes de charges foncières étant estimées à 800 M€.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X