Réalisation MAÇONNERIE PAYSAGÈRE

La vogue de l’écoconstruction porte la renaissance de la pierre sèche

Mots clés : Apprentissages - Démarche environnementale - Entreprise du BTP - Maçonnerie - Produits et matériaux

Des formations reconnues par le BTP et appréciées par les entreprises du paysage ont récompensé les efforts des associations qui cherchent à structurer la renaissance d’une filière de la pierre sèche. L’assurabilité des ouvrages s’appuie depuis juillet dernier sur des règles professionnelles formalisées.

La première promotion de compagnons titulaires du certificat de qualification professionnelle (CQP) en pierre sèche a marqué, fin 2015, une étape vers la reconnaissance de savoir-faire anciens oubliés. Les 13 lauréats s’ajoutent aux 138 ouvriers professionnels en pierre sèche, originaires de 28 départements et titulaires d’un premier certificat créé en 2010. « En 2017, la troisième promotion de “compagnons” ouvrira la voie à la reconnaissance définitive du second CQP », espère Cathie O’Neill, directrice des Artisans bâtisseurs en pierres sèches (ABPS), association qui dispense ces formations d’environ 500 heures à Ventalon-en-Cévennes. Certes, des accrocs ont entravé la longue marche vers la reconnaissance. En 2012, la Fédération française des professionnels de la pierre sèche (FFPPS) est née en Avignon ( Vaucluse) en réponse à une demande du ministère de l’Environnement : prêt à soutenir la filière renaissante dans le cadre de la promotion de « la filière verte dans la construction », l’État souhaitait un interlocuteur unique.

L’unité tiendra trois mois, jusqu’à la scission d’ABPS. La fédération n’en poursuit pas moins son travail...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 396 du 23/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X