Régions Grenoble

La Villeneuve veut se réinventer en écoquartier

Mots clés : Aménagement paysager - Bâtiment d’habitation individuel - Espace naturel - Logement social - Marché de l'immobilier - Ouvrage d'art - Réseau routier

8 650 m Longueur totale des réseaux électriques aériens enfouis dans le parc naturel du Pilat.

11 157 Nombre de logements sociaux financés en Auvergne-Rhône-Alpes en 2016.Source : ESH.

130 km Longueur du réseau géré par Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc.

Source : A TMB.

La métropole, en étroite collaboration avec les municipalités de Grenoble et d’Echirolles, ajoute un nouveau chapitre au renouvellement urbain lancé en 2008 à la Villeneuve, au sud de Grenoble (Anru 1). Le nouveau projet de renouvellement urbain social et environnemental – dans le cadre du NPNRU – est en cours d’élaboration. Le périmètre est cette fois-ci élargi aux deux parties du grand ensemble, l’une située sur le territoire de Grenoble (quartier Villeneuve-Village olympique), l’autre à Echirolles (quartiers des Essarts et de Surieux). Au total, 20 000 habitants et 8 000 logements sont concernés. Le NPNRU vise à relancer l’attractivité de ce secteur classé « politique de la ville » et à améliorer la qualité de vie de ses habitants, en ouvrant le quartier vers l’extérieur, en diversifiant et en rénovant l’habitat, en confortant l’activité économique, etc. Au-delà d’une intervention sur le bâti, le programme s’étoffe d’ambitions ayant trait à l’éducation, à l’insertion et à la proximité (services, tranquillité, propreté, etc. ).

Le projet s’inscrit désormais dans une réflexion métropolitaine. « Il est au cœur d’un territoire en devenir qui participe à la construction de la métropole », explique Maryvonne Boileau, conseillère municipale déléguée à la politique de la ville. La reconnaissance de la Villeneuve en tant qu’écoquartier est un fil conducteur du projet. Selon Eric Ruiz, directeur de la rénovation urbaine à la Métro, « cet espace urbain présente de nombreux critères d’un écoquartier (logements spacieux, qualité de l’air, espaces verts, accès, etc. ). L’idée est d’identifier et de conforter ces qualités. »

Nouveaux accès au parc. Le parc de la Villeneuve, aujourd’hui en cœur d’îlot, sera ainsi mis en scène en tant que lieu de loisirs et de sport avec la création de nouveaux accès. Par exemple, la démolition du n° 20 de la galerie de l’Arlequin créera une nouvelle entrée au nord du site, et une percée sur cet espace vert.

Sur le site grenoblois, environ 1 200 logements seront réhabilités en dix ans. Deux grandes copropriétés – l’une allant des numéros 60 à 120 de la galerie de l’Arlequin, et l’autre du 130 au 170 -seront rénovées, et divisées en petites entités, notamment pour améliorer la sécurité. C’est également à cette fin que la démolition du 160 est envisagée. Pour l’heure, l’agence « Passagers des villes », architecte en chef de l’opération chargé de la concertation, finit d’élaborer le « plan-guide NPNRU », au titre d’une démarche partagée avec les élus, les partenaires et les habitants. Encore en cours de chiffrage, le coût total du projet est estimé à 220 millions d’euros HT. L’Anru se prononcera fin 2017 sur la définition des programmes et leur financement. L’Anah, le Feder, la Caisse des dépôts ainsi que les bailleurs sociaux intégrés au projet apporteront également leur soutien financier. Le chantier démarrera à partir de 2018, pour une fin prévue en 2027.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X