Actualité Aménagement urbain

La ville se réinvente avec plus de services et de nature

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Reconstruire la ville sur la ville pour éviter l’étalement urbain. C’est le sujet qui occupera les élus des grandes agglomérations dans les prochaines années. Mais pas dans n’importe quelles conditions. Reconstruire des quartiers entiers ne pourra se faire qu’en intégrant une certaine qualité de vie. A commencer par l’introduction de la nature dans la ville… L’approbation du schéma directeur de la région Ile-de-France fin décembre en témoigne. Parmi les grands principes d’aménagement fixés à l’horizon 2030, figurent la maîtrise de l’étalement urbain, une densification raisonnée et l’introduction de la nature en ville avec 600 PLU et Scot à mettre en conformité. A Lyon, les aménagements des rives de la Saône, la création de parcs urbains comme le parc Blandan – 17 hectares au cœur d’un quartier fortement urbanisé – et l’introduction de grandes coulées vertes symbolisent ces politiques d’aménagement. L’intensité urbaine doit aussi passer par le développement de services aux habitants en termes d’équipements, de transports en commun… L’exemple du Carré de Soie, en banlieue lyonnaise, est exemplaire à ce titre. Cette ancienne friche industrielle, basée sur les communes de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne, renaît grâce aux investissements réalisés pour faire venir le métro et le tramway. De même, à Paris, sans l’arrivée du tramway, la Ville n’aurait probablement pas lancé d’études pour urbaniser le secteur Bercy-Charenton, inextricable enchevêtrement ferroviaire et routier de 63 ha.

Des compositions urbaines diverses

Avec aussi en ligne de mire l’activité économique comme moteur de ces nouveaux quartiers. L’implantation d’entreprises, de commerces, de programmes de logements mixtes leur donne un second souffle. Cette mixité (tertiaire, commerces, logements…) n’est d’ailleurs pas sans poser de problèmes. Ainsi, les maires dont les communes seront desservies par le Grand Paris Express vont devoir faire accepter aux habitants des programmes assez denses autour des futures gares. Reconstruire la ville sur la ville passe aussi par des compositions urbaines différentes grâce à une qualification des secteurs plus fines. La présence d’un immeuble de grande hauteur aura ici son utilité, mais ne s’imposera pas partout… A l’heure de la métropolisation des territoires, d’autres questions vont se poser. Seront-ils porteurs de grands projets ? A Lille, si Martine Aubry assure vouloir continuer à mener une politique de rayonnement international, son projet municipal et métropolitain se concentre sur la consolidation des acquis. Pas de grand équipement public au programme ou de nouveau quartier d’affaires.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X