Territoires Cannes

La Ville et la SNCF ouvrent le dossier Cannes Marchandises

Mots clés : Transport ferroviaire

La Ville et SNCF Immobilier, l’entité en charge de la gestion des actifs fonciers et immobiliers du groupe public ferroviaire, ont signé un protocole en vue de définir un projet de réaménagement de Cannes Marchandises. Ce site de 23 ha en bord de mer à l’ouest de la ville est stratégique pour le développement urbain futur de la Cité des festivals. Et jusqu’à présent, du fait de l’enchevêtrement des emprises et des propriétaires, le projet stagnait. « Cette étude va comporter un double volet. SNCF Immobilier va tout d’abord s’attacher à définir avec les branches du groupe les surfaces nécessaires au ferroviaire et à ses besoins futurs. Puis dans un deuxième temps, une consultation de maîtrise d’œuvre pour définir un projet urbain sur les espaces mutables sera lancée par la Ville et SNCF Immobilier », détaille Thomas Onzon, directeur général des services techniques de Cannes. Plusieurs hectares pourraient ainsi être libérés et l’objectif de la Ville est de lancer la consultation de maîtrise d’œuvre au 2e trimestre 2016 pour disposer d’un projet de développement urbain fin 2016-début 2017, au moment de la révision de son PLU.

Plusieurs chantiers en parallèle. Cette perspective de transformer une partie du foncier ferroviaire vient renforcer le projet urbain sur tout l’ouest cannois et la zone de La Bocca, où la Ville a ouvert de nombreux chantiers : technopôle de la Bastide rouge, projet de pôle universitaire, réaménagement du front de mer… A proximité de Cannes Marchandises, la commune et la communauté d’agglomération des Pays de Lérins ont mandaté l’EPF Paca pour acquérir les 5,7 ha des terrains Ansaldobreda (occupés par une ancienne usine de réparation ferroviaire), qui à terme pourraient accueillir un front bâti sur l’avenue Francis-Tonner et un pôle d’activités dédié au nautisme côté mer. La Ville a également mis à l’étude le projet Boccacabana, une requalification du front de mer entre le Vieux port et l’extrémité ouest de la commune. Deux études ont été engagées pour requalifier les espaces publics terrestres, protéger le littoral de l’érosion et agrandir les plages. Un projet chiffré à plusieurs dizaines des millions d’euros qu’il est prévu de réaliser par phases et sur plusieurs années.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X