Autres Objets connectés

La ville comme terrain d’expérimentation idéal

Le marché des objets connectés n’a pas encore tenu ses promesses. C’est le constat de l’étude récente de Xerfi-Precepta, intitulée : « Le marché des objets connectés – santé, maison, loisirs, entreprise et ville : perspective des marchés et nouvelle donne concurrentielle à l’horizon 2020 ». Du côté individuel, les utilisateurs craignent de perdre le contrôle sur leurs données personnelles, en particulier lorsqu’il s’agit d’objets connectés pour la maison. Ainsi, moins de 1 % des ampoules vendues en 2015 sont connectées et 0,5 % des appareils électroménagers.

Côté collectif, en revanche, la ville semble être le terrain d’expérimentation idéal. « En 2015, 60 % des compteurs d’eau, 75 % des compteurs d’électricité et 50 % des parcmètres installés sont connectés, indiquent les auteurs de l’étude. Ces dispositifs sont au cœur de la transformation urbaine vers une ville plus intelligente. » Selon Xerfi, l’analyse de l’éclairage, du trafic, de la collecte des déchets ou encore de la qualité de l’air sera indispensable pour optimiser les services publics, réaliser des économies et proposer de nouveaux services aux citoyens.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X