Régions MONTGENÈVRE

La station teste le projet urbain partenarial

AMontgenèvre (Hautes-Alpes), la dynamique de développement de la station impulsée par son maire, Guy Hermitte, ne faiblit pas. Après les investissements publics et privés dans l’aménagement (le front de neige), les remontées mécaniques (35 millions d’euros depuis 2006), l’immobilier (la ZAC de l’Obélisque) et les résidences de tourisme (l’hôtel Napoléon), c’est le pôle balnéoludique Durancia qui va ouvrir ses portes mi-décembre. Un équipement de 4 000 m² et de 10 millions, réalisé au terme d’un chantier de montagne de deux saisons, financé par la commune et ses partenaires.

Nouveaux hébergements

Conçu par Atlas Architectes (Luis Reggiardo), Durancia, implantée aux Chalmettes, se glisse dans le terrain naturel, fait appel à la pierre locale et au bois et se veut un modèle d’efficacité énergétique et de maîtrise des coûts d’exploitation.
Pour prolonger ce plan de modernisation, la municipalité a prévu de créer, avec le Clôt d’Enjaime, des hébergements pour attirer une clientèle supplémentaire sur 30 000 m² (22 000 m² de lits touristiques, de l’habitat permanent, du logement social et saisonnier). Pour les 7,5 ha du Clôt d’Enjaime, foncier partagé entre la commune (40 %) et des propriétaires privés (60 %), l’outil utilisé est le projet urbain partenarial (PUP), un dispositif peu mis en œuvre dans la région. Il permet à la commune de réaliser les travaux d’aménagement et de viabilisation, de remembrer les terrains et de rétrocéder aux propriétaires des parcelles aménagées où ils peuvent construire, moyennant participation.

Réalisation par tranches

« Le permis d’aménager est délivré et un nouveau bilan financier sera établi après attribution des marchés de travaux pour pouvoir ensuite signer des conventions définitives. Les premiers travaux devraient démarrer au printemps prochain, une fois toutes les autorisations obtenues et l’hypothèque d’un recours d’un propriétaire levée », explique Hélène Flory, urbaniste au sein du cabinet Luyton, en charge de la conception du projet. Le coût pour la commune est de 8 millions d’euros (travaux et études). Le projet sera réalisé par tranches. Une quarantaine de lots sont prévus, du petit chalet de 200 m² au collectif de 2 000 m².

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X