Grand Paris Transports

La SGP veut prévenir les phénomènes de dissolution du gypse

La Société du Grand Paris, le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) et l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) ont signé une convention « de partenariat de recherche sur l’analyse des phénomènes géologiques liés au gypse » d’une durée de quatre ans. Cet accord vise à prévenir les mécanismes de dissolution du gypse par une meilleure compréhension de ces aléas qui affectent en particulier le quart nord-est de la métropole du Grand Paris et à adapter en conséquence les travaux du futur métro.

« Cette convention présente un intérêt évident pour le chantier du Grand Paris Express. L’objectif est aussi de faire bénéficier des travaux de recherche les pouvoirs publics, les collectivités et les industriels concernés par ces secteurs sensibles », a déclaré Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris, lors de la séance de signature.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X