Enjeux Mobilités

La SGP lance un appel à projets

La Société du Grand Paris (SGP) lance, en partenariat avec le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), son quatrième appel à projets innovants. Thème retenu : les mobilités de demain autour des futures gares du Grand Paris Express (GPE). « Nous devons réfléchir à ce sujet dès maintenant. En 2020, au moment d’engager les travaux d’aménagement des espaces publics autour des gares, nous devrons être prêts avec des projets ayant recueilli le consensus de tous les partenaires », a déclaré Philippe Yvin, président du directoire de la SGP, lors de la réunion de lancement.

L’appel à projets s’adresse aussi bien à des start-up, des PME qu’à de grands groupes qui devront remettre leurs propositions avant le 24 mai. « L’objectif est de s’approcher le plus possible de ce que sera la mobilité des usagers des transports pour ne pas se tromper sur les investissements à réaliser », a complété Stéphane Beaudet, vice-président de la région chargé des transports et administrateur du Stif.

Favoriser la marche. Six pôles ont été identifiés pour bénéficier des innovations : Antonypôle, Bondy, La Courneuve Six Routes, Rueil-Suresnes-Mont Valérien, Saint-Denis Pleyel et Val-de-Fontenay, chacun offrant une problématique différente. Ainsi, en Seine-Saint-Denis, autour de la gare de Saint-Denis Pleyel où se croiseront les lignes 14, 15, 16 et 17 du GPE, les responsables de Plaine Commune veulent favoriser la marche vers le quartier Pleyel et le centre-ville, ainsi que vers la rue du Landy, qui permet de rejoindre la gare du RER D et le Stade de France en attendant la construction d’un ouvrage de franchissement des voies ferrées.

Ce secteur est en effet marqué par des coupures urbaines (A86, faisceau ferré) et des itinéraires piétons dégradés. Autre cas de figure : Antonypôle (Hauts-de-Seine), sur la ligne 18, avec l’enjeu du stationnement. « A l’avenir, les automobilistes pourront laisser leur voiture à Antony où ils prendront le GPE et rallier Orly en trois minutes, plutôt que de se garer dans les parkings de l’aéroport, assez chers », explique Thierry Dussautoir, chef du service des politiques et offres de mobilité au conseil départemental.

Un jury désignera les lauréats courant juin avec un début des expérimentations en septembre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X