Territoires

La Seyne-sur-Mer Constructa engage la dernière tranche de Porte Marine

Constructa vient de lancer la commercialisation de deux nouveaux programmes en accession dans le quartier Porte Marine, à la Seyne-sur-Mer : 23 logements signés Jean Baptiste Pietri et 39 autres dessinés par Roland Carta. Ils seront vendus à un prix moyen de 3 750 euros/m² hors parking. Ces logements font partie de la troisième et dernière tranche de Porte Marine, un projet au long cours amorcé par le promoteur Constructa dans les années 2000 et qui, à terme, totalisera entre 1 200 et 1 300 logements dans ce nouveau quartier du même nom, situé en centre-ville, à proximité des anciens chantiers navals. Cette dernière tranche comprendra aussi deux autres ensembles de 29 et 25 logements (Roland Carta) vendus à la SNI, une résidence seniors de 103 appartements (Réside Etudes), une résidence étudiante de 60 logements et 12 appartements, ainsi que de nouvelles voies de desserte.

Lancement début 2017.

L’ensemble représentera 15 000 m² de plancher avec un démarrage prévu début 2017 et un achèvement à l’été 2019. « Porte Marine s’inscrit dans un partenariat à long terme avec la Ville et nous avons été l’un des premiers promoteurs à s’engager dans ce type d’opération, alors qu’en 2000, personne ne voulait construire à La Seyne », explique Philippe Bega, directeur région Sud de Constructa Promotion. Grâce à un programme d’aménagement d’ensemble (PAE) géré par la SEM de la Ville et un cadre urbanistique défini par le cabinet Amadeo, puis poursuivi par les architectes, Constructa a réussi à maîtriser le foncier (en partie pollué) du site et à faire émerger au fil des ans de nombreux projets immobiliers, autour d’un mail central arboré, associé d’abord à Eiffage, puis à Vinci. Il lui a fallu aussi gérer un changement de municipalité en 2008 et orienter le projet vers plus de mixité. « Nous nous sommes efforcés de rester dans une logique de prix de vente inférieurs de 30 % au prix du marché. Si, avant la crise, ce sont plutôt les investisseurs qui répondaient présents, aujourd’hui, il y a une vraie présence des actifs seynois qui n’hésitent pas à revendre leurs biens pour racheter dans le quartier », précise Philippe Bega.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X