Edito

La saison des transferts

L’inversion des courbes est totale. Il y a encore un an, nous observions le timide réveil du marché de l’emploi après des années d’hibernation. Le secteur osait à peine parler de « reprise », tout juste les DRH acceptaient-ils de reconnaître un « frémissement ». Désormais, plus de fausse pudeur ni de vraie prudence : le BTP a besoin de bras. Et de têtes.

Après la traversée du désert, toute proposition d’embauche s’apparente à une oasis.

Les employeurs n’ont d’autres choix que de passer à l’offensive. Pour honorer leur carnet de commandes, bien évidemment. Pour avoir leur part de croissance, en particulier dans le bâtiment. Mais aussi pour éviter de se faire chiper leurs meilleurs...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5944 du 13/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X