Territoires Vendée

La route solaire, vitrine du plan « énergies nouvelles »

Mots clés : Réseau routier

Six mois après l’annonce, par le groupe Colas, de la mise au point d’un revêtement routier photovoltaïque unique au monde (Wattway), le département de la Vendée a été choisi pour accueillir les deux premiers chantiers d’application. A Mouilleron-le-Captif, 50 m2 de dalles photovoltaïques ultra-robustes et adhérentes ont été « collées » sur le parking du Vendéspace. Ce test « grandeur nature » devrait produire 6 300 kWh.an. Il alimente une borne de recharge pour véhicules électriques, installée par le Syndicat départemental d’énergie et d’équipement de la Vendée (SyDEV). Le choix du parking d’un équipement public tel que le Vendéspace n’est pas un hasard. « C’est un parking particulier car il sert plutôt la nuit, idéal donc pour ce type d’usage », explique Alain Lebœuf, député de la Vendée et président du SyDEV. Un second site de 50 m2 est également testé en Vendée, au niveau de l’échangeur de Bellevigny, sur la RD 763 Nantes-La-Roche-sur-Yon, l’un des axes les plus fréquentés du département avec plus de 20 000 véhicules par jour. Cette fois, l’électricité produite alimentera un panneau d’information dynamique et le reste rejoindra le réseau électrique. Ces deux chantiers pilotes ont été réalisés par Colas mais financés, à hauteur de 160 000 euros chacun, par le département.

50 % d’électricité renouvelable en 2025.

« Cette innovation a suscité beaucoup d’attente. Nous avons reçu plus de 1 000 demandes de toute la planète pour tester notre route solaire mais, pour une première, rien ne pouvait coller mieux que la Vendée », assure Jean-Charles Broizat, directeur de Wattway, qui met en avant « une histoire d’hommes » mais aussi le plan « Vendée énergies nouvelles » mis en œuvre par le conseil départemental avec un budget de 4 millions d’euros sur trois ans. Boosté par l’implantation, à l’horizon 2022, du parc éolien offshore entre les îles d’Yeu et de Noirmoutier, qui devrait produire une puissance de près de 500 MW, soit l’équivalent d’un demi-réacteur nucléaire, ce plan prévoit que la moitié de l’énergie électrique consommée en Vendée soit produite de manière renouvelable à partir de 2025 (contre 10 % aujourd’hui). L’opération « Smart Grid Vendée » illustre bien cette politique volontariste. Premier réseau électrique intelligent à l’échelle départementale en Europe, cette expérimentation touche, côté consommation, une cinquantaine de communes, une centaine de bâtiments et plus de 10 000 points lumineux, et, côté production, plusieurs champs éoliens et centrales photovoltaïques… et pourquoi pas demain des kilomètres de routes solaires. Les routes étant moins fréquentées à la campagne qu’en ville, le potentiel pour un département rural comme la Vendée est énorme.

Cette innovation de rupture pourrait aussi laisser entrevoir de belles perspectives en termes industriels avec l’implantation sur le territoire d’une usine de dalles Wattway. Pour l’heure, elles sont fabriquées dans l’Orne par la Scop SNA qui dispose d’une capacité de production de 150 000 m2/an mais, si le marché tient ses promesses, un second site sera vite nécessaire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X