Territoires

La Rochelle L’hôtel de ville renaît de ses cendres

Les travaux de reconstruction de l’hôtel de ville de La Rochelle (Charente-Maritime) devraient démarrer au printemps 2016 et s’étaler sur une durée de trois ans. Les appels d’offres pour les entreprises seront lancés au mois de février. On se souvient que le 28 juin 2013, un incendie accidentel avait ravagé la mairie. L’édifice, datant des XVe et XVIe siècles et classé Monument historique, avait été endommagé à plus de 70 %. « La partie historique, datant de la Renaissance, a été la plus touchée. La toiture, la charpente, le plancher haut de la salle des fêtes, les décors intérieurs ainsi que plusieurs planchers intérieurs ont été détruits. La façade Renaissance a été sauvée grâce à des travaux qui y étaient effectués », rappelle Sandrine Voyard, chef du service aménagement et construction à la mairie de La Rochelle.

Après six mois de mise en sécurité des lieux, Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments historiques, a posé un diagnostic exhaustif sur les travaux à effectuer. Selon lui, il s’agit d’un chantier des plus délicats : « La consolidation de l’existant en elle-même est déjà délicate, avec de nombreuses pierres à changer et des éléments métalliques à extraire. C’est un préalable avant de réaliser le programme. »

La partie classée reconstruite à l’identique.

Pour Philippe Villeneuve, la reconstruction de l’édifice comprendra de nombreuses opérations complexes : rendre les combles accessibles, refaire la salle des fêtes en supprimant les consolidations du XIXe siècle et installer une dalle de béton comprenant le chauffage, consolider les piliers de la galerie par des ferrages de tiges Inox, etc. Comme le précise Dominique Guego, conseiller municipal chargé des bâtiments, « nous en sommes à l’avant-projet définitif… La partie classée sera refaite à l’identique sauf quelques petites modifications à la marge. La plus importante concerne la salle du conseil municipal sous les combles ». Le second changement est lié aux fonctions nouvelles de la mairie qui, selon Dominique Guego, seront triples : abriter les élus, recevoir la population et accueillir les touristes, par une mise en valeur de l’édifice. Par ailleurs, les services municipaux devraient quitter les lieux pendant la durée du chantier. Le coût de l’opération est estimé à 16 millions d’euros HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X