Actualité Politique budgétaire

La rigueur annoncée provoquera une baisse des investissements

En 2011, les dépenses des communes et de leurs groupements à fiscalité propre s’élevaient à 122,5 milliards d’euros, dont 40,6 milliards d’investissements pour 79,2 milliards de dettes. Avec des recettes très encadrées, les villes ont peu de marge de manœuvre. Mais quand la ville attire de nouveaux habitants, ses bases fiscales augmentent et, à taux d’imposition égal, les recettes fiscales aussi. Conséquence, comme le note le géographe Eric Guilluy, « la fracture s’élargit entre métropoles et 60 % de la population vit dans des espaces ruraux ou périurbains ». Les banques, alertées par la crise de 2008, ont cessé d’accorder systématiquement trésorerie et emprunts : autant d’investissements publics annulés ou reportés par manque de visibilité financière ! De leur côté, les fédérations professionnelles du BTP ne cessent d’alerter les élus locaux sur le danger de « métropoliser » la France, au détriment des espaces moins favorisés. Comment alors dégager des capacités d’investir ? D’abord, par le recours à l’emprunt : en dix ans, les communes se sont, en majorité, désendettées ce qui leur a permis d’emprunter et d’investir. Les investissements sont passés de 25 à 30 milliards de 2000 à 2011. Ensuite, trouver de l’argent ailleurs : Lyon et Marseille ont eu recours avec succès à l’émission d’emprunts obligataires.

Retour en régie des services publics

Le PPP se développe pour certains investissements spécifiques : LGV SEA et Bretagne, aéroport Notre-Dame-des-Landes, salle de spectacles d’Orléans, stades de Bordeaux, Lille, Marseille, Nice, etc. Mais certains élus y renoncent, comme le maire de Pornic qui déclare forfait pour le nouveau casino. Le retour en régie de services publics revient à la mode, comme à Nice qui reprend piscines, MIN, cantines et transports publics. L’avenir est plus que certainement à la rigueur : les dotations de l’Etat vont encore baisser, et il faudra tailler dans le vif, notamment dans les investissements.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X