Territoires Rhône

La rénovation urbaine de Saint-Fons en marche

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Inscrit au nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU), au niveau d’intérêt régional, le quartier de l’Arsenal-Carnot Parmentier, dans la commune de Saint-Fons (Rhône), va faire l’objet d’une profonde recomposition. Limitrophe de Lyon, ce territoire né du développement de la chimie n’a pas connu d’investissements publics importants et manque cruellement de desserte de transports en commun. « C’est l’un des objectifs du NPNRU, souligne Florian Borg, chef de projet. Des infrastructures lourdes, de type autoroute et voie ferrée, coupent cette commune de la Ville de Lyon. Nous allons travailler à désenclaver ce territoire pour le rendre plus attractif. »

300 logements sur 2 400 démolis.

Autre enjeu de ce programme de renouvellement urbain : faire baisser le taux de logements sociaux – 53 % actuellement sur l’ensemble de la commune -, tout en diversifiant l’offre. « Le quartier Arsenal-Carnot Parmentier, qui compte environ 2 400 logements au total, n’a connu aucune opération de réhabilitation ni de démolition-reconstruction depuis plus de quinze ans, rappelle le chef de projet. Il est prévu de démolir 300 logements sur le quartier de Carnot Parmentier et de conduire une vaste réhabilitation du patrimoine détenu par Alliade et l’Opac. » Aujourd’hui, des discussions sont en cours sur le nombre de logements reconstruits sur le site et sur leur morphologie.

Au niveau des équipements publics, il est question de redimensionner l’actuel groupe scolaire et d’envisager la construction d’un autre établissement ailleurs. « Nous souhaitons également tirer parti de l’environnement paysager arboré et impulser une ambiance plus apaisée », ajoute Florian Borg. Un projet qui devrait s’échelonner sur une quinzaine d’années pour un budget travaux évalué à 30 millions d’euros environ. Séparé de l’Arsenal-Carnot Parmentier par une balme, un autre quartier de Saint-Fons fait l’objet d’une étude urbaine, confiée à Gautier + Conquet. « Le quartier des Clochettes présente une forme urbaine disparate. L’objet de l’étude urbaine est de réaffirmer une centralité à ce quartier en repositionnant les commerces et les équipements publics », indique Florian Borg. L’ancienne cité ouvrière de Saint-Gobain, qui a laissé place à une copropriété de 270 logements pour l’accueil des rapatriés, fait l’objet d’un plan de sauvegarde. Près de 6,5 millions de travaux ont déjà été votés pour réhabiliter cette copropriété, qui vise désormais un objectif BBC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X