Régions Grand Est

La rénovation énergétique scelle le Pacte de formations

Mots clés : Apprentissages - Efficacité énergétique - Entreprise du BTP - Travail

15,3 M€ projets du protocole de préfiguration de renouvellement urbain de Metz Métropole.

2 226 € Salaire moyen brut dans le BTP en Alsace au 3e trimestre 2016 (+ 2,6 % sur un an).Source : Urssaf.

177 250 travailleurs frontaliers dans le Grand Est (50 % vers le Luxembourg), au 3e trimestre 2016 (+ 3 % en un an).

Initié en 2015 par les pouvoirs publics pour aider à la montée en compétences des professions du bâtiment en matière d’efficacité énergétique, le Programme d’action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (Pacte) a rencontré un important écho dans le Grand Est. Les acteurs de la région mettent à présent plusieurs formations en place, en réponse aux différents appels à projets du Pacte.

Ainsi, le projet Rén’Opt prévoit des formations de terrain en accompagnement d’Oktave, le nouveau service régional de rénovation énergétique qui s’appuie sur les plates-formes locales. Il reposera sur un logiciel libre, qui sera développé dans les prochains mois pour un déploiement, à la mi-2018, sur des chantiers-écoles dans le Grand Est, ainsi qu’en Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes et Centre-Val de Loire. Les nouvelles technologies constituent aussi le support d’un projet prometteur de formation de la FFB Grand Est et du 3CA-BTP aux bons gestes des métiers grâce à la réalité augmentée. Quant à BIM’Form, il ambitionne de former à la maquette numérique élèves, salariés en entreprises et chômeurs au moyen d’un cursus sur mesure à élaborer avec les professionnels. Il est porté par le réseau des Greta (établissements de formation continue de l’Education nationale) de Lorraine. Dix enseignants-formateurs, qui seront devenus des experts du BIM avant l’été, diffuseront ensuite leurs connaissances à 150 de leurs collègues de divers lycées de l’académie Nancy-Metz.

L’impact des gestes. Equer – pour Evolution de la qualité en rénovation – s’attaquera, quant à lui, à la question des gestes, « surtout la compréhension de leur impact sur l’étanchéité à l’air, le transfert d’humidité dans les parois ou encore les ponts thermiques », souligne Katharina Brockstedt, responsable d’Energi-vie. pro, le centre de ressources du bâtiment durable en Alsace qui copilote Equer avec ses homologues de Lorraine (LQE) et Champagne-Ardenne (Arcad). La formation, d’une demi-journée à deux jours, doit être dispensée à partir de l’an prochain sur une trentaine de chantiers. Elle se concentrera sur le clos couvert et les autres lots de percement de l’enveloppe : isolation, menuiserie, plomberie…

Enfin, la formation Assistant manager de l’énergie investit depuis l’an dernier le champ de la collecte numérisée des données de consommation énergétique et de leur traitement par des logiciels de suivi jusqu’à la gestion technique du bâtiment (GTB). Inédite en France, elle est tournée vers les demandeurs d’emploi au profil de thermiciens, mais compte à terme s’élargir aux élèves en devenant diplômante ou certifiante. Elle a été conçue par les Greta de Lorraine et bénéficie du soutien en moyens et personnels de Schneider Electric. Ce cursus s’étend sur 210 heures en entreprise et 770 heures de cours. Il se déroulera d’abord dans le lycée Héré de Laxou, puis soit dans cet établissement soit dans les trois autres « lycées énergie expérience » de Lorraine. Ces derniers, particulièrement énergivores, servent de cobayes pour l’audit de leurs bâtiments par les stagiaires. « La première promotion 2016 de 17 candidats a identifié 30 000 à 40 000 euros d’économies par lycée et par an », relate Olivier Jacquot, chef de projet pour les Greta.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X