Territoires Midi-Pyrénées

La région et l’Ademe veulent rénover durablement

En attendant la future grande région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et de nouveaux choix en matière de politique publique, le conseil régional de Midi-Pyrénées et l’Ademe ouvrent deux sessions de leur appel à projets « Bâtiments économes de qualité environnementale » avec clôture des candidatures en juin 2015 et en janvier 2016. A la clé, 1,5 million d’euros d’aides par session. Depuis sa création en 2007, le dispositif a primé 49 opérations. Après s’être concentrés sur les constructions neuves de logements sociaux, les deux partenaires ont élargi le champ aux bâtiments publics et tertiaires, puis à l’habitat collectif participatif. Ils ont ensuite mis la priorité sur la rénovation. « L’enjeu est de montrer qu’il faut des rénovations performantes pour ne pas intervenir tous les dix ans. Etre associés à la Dréal et les Caue nous aide sur les volets de la qualité architecturale et fonctionnelle, l’accessibilité et l’intégration urbaine », note Nathalie Gonthiez, chargée d’opération à l’Ademe.

« La technologie n’est pas l’axe d’innovation principal. Sont jugées les démarches développement durable équilibrées avec des critères d’analyse tels le pilotage de l’opération et l’approche du coût global. Sur ce dernier point, les candidats sont invités à regarder les externalités, comme l’implantation ou la qualité d’usage », ajoute Julien Duvignacq, chargé de mission Bâtiment au service Energie, Action climat au conseil régional.

Un Bepos sans isoler les murs.

Parmi les six opérations primées en décembre 2014, le projet de transformation en bureaux et centre de formation d’un ensemble immobilier en pierre de taille, construit entre le XVIIe et le XIXe siècle, à Auch (Gers), répond particulièrement à ces enjeux. Le propriétaire, Alain Castells, gérant du bureau d’études thermique Addenda, veut en effet en faire un bâtiment à énergie positive sans isoler les murs. « Le caractère patrimonial de l’ensemble exclut l’isolation par l’extérieur. En ce qui concerne l’isolation par l’intérieur, les matériaux modernes entraînent la dégradation du bâti, notamment parce qu’ils l’empêchent de respirer », précise le maître d’ouvrage. Si les murs seront juste enduits, la toiture et les planchers seront, eux, isolés avec des matériaux biosourcés. Alain Castells veut aussi agir sur la gestion des intermittences entre les besoins en énergie et la consommation. Il prévoit par exemple d’associer une chaufferie bois à base de granulés à une unité de cogénération permettant, lors de l’utilisation de la chaudière, de produire de l’électricité pour assurer l’autonomie hivernale. Le bâtiment abandonné pendant quinze ans trouvera une nouvelle vie en novembre 2015. Christiane Wanaverbecq

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Trois opérations prometteuses

Parmi les six lauréates 2014 de l’appel à projets « Bâtiments économes de qualité environnementale », trois opérations ont retenu l’attention de l’Ademe et du conseil régional de Midi-Pyrénées :
Bureaux, Auch (Gers). Maître d’ouvrage : SCI Pierre verte (BET Addenda). Architecte : Airoldi & Brun. 1 428 m2. 1,5 M€ HT de travaux.
Transformation d’un ancien hôtel en 10 logements sociaux, Condom (Gers). Maître d’ouvrage : Office public de l’habitat du Gers. Architecte : Sandra Segato. 600 m2. 900 000 € de travaux.
Habitat collectif participatif de 17 logements, Toulouse. Maître d’ouvrage : association La Jeune Pousse. Maître d’œuvre : Seuil Architecture. 1 265 m2. 1,4 M€ HT de travaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X