Architecture Technique Toulouse

La reconstruction du campus du Mirail entame sa phase finale

Mots clés : Rénovation d'ouvrage

Fin 2016, le site universitaire de Toulouse II Jean-Jaurès aura été restructuré en gardant l’esprit d’origine.

Organisé en trois tranches, le chantier de reconstruction du campus de l’université Toulouse II Jean-Jaurès, ex-Mirail, devrait se terminer cet hiver après trois ans et demi de travaux. Début juin, 95 % du gros œuvre et 30 % des espaces verts étaient achevés. Reste à terminer la canopée, axe principal nord-sud, ainsi qu’à aménager les gradins paysagers et la « rivière » qui longera, d’est en ouest sur 250 m, le campus dans sa partie sud.

Réalisée dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé, l’opération est unique à plus d’un titre. D’abord, elle est la troisième et dernière phase d’une restructuration complète du campus de 53 hectares, amorcée en 2003 sous d’autres modes de dévolution. Ensuite, elle intervient sur un ensemble à haute valeur patrimoniale conçu dans les années 1960 par les architectes Candilis-Josic-Woods.
Le projet architectural s’inscrit ainsi dans le respect et la réinterprétation de l’œuvre des premiers concepteurs. Il repose sur le maintien de la trame orthogonale, augmentée de 7 à 10,20 m, pour mieux coller aux besoins actuels des équipements universitaires. Ont également été conservés le principe de patios paysagers et celui d’une hauteur en R + 2 maximum des bâtiments. Ensuite, le choix a été fait d’installer les équipements sportifs au milieu du campus et non pas en périphérie, de mettre les centres de ressources et les foyers au rez-de-chaussée, tandis que les salles de cours sont au premier étage. Le dernier niveau est, lui, réservé aux bureaux des enseignants.
Sur ces bases sont créés 63 000 m² de surface de plancher, dont 10 000 m² réhabilités, soit trois unités de formation et de recherche (UFR), près de 1 200 m² de salles de sport, plus de 1 000 m² d’espaces de foyers et d’exposition, un « village solidaire » de 500 m², une crèche, des terrains de sport, des logements étudiants. S’y ajoute l’aménagement de 90 000 m² d’espaces extérieurs.

Matériaux biosourcés.

Le tout est organisé autour de la canopée, structure acier de 230 m de long, de 9,70 m de hauteur et entre 10 et 30 m de large. « Elle apporte du volume et de l’éclairement naturel. En son centre, une vague vitrée représente 30 % de sa surface », souligne Marc Laroulandie, architecte chez Cardete Huet Amsycom.

Les bâtiments à structure béton, avec des panneaux préfabriqués en béton blanc en façade, se caractérisent par un dernier niveau en ossature bois. « Cela a permis de répondre au cahier des charges qui imposait des matériaux biosourcés. A ce niveau, les architectes ont choisi de resserrer la trame à 7 m x 7 m. Pour reprendre ces charges, il fallait une structure légère », explique Xavier Hériteau, directeur de projet chez Bourdarios. L’autre spécificité est la contrainte de la modularité des salles, qui a imposé l’absence de poutres. De ce principe a découlé l’utilisation de planchers construits avec le procédé de coffrage perdu U-Boot.
Enfin, l’enjeu est de construire un campus durable. A terme, 92 % des 55 000 tonnes de matériaux issus de la déconstruction seront valorisés, soit 50 600 tonnes de gravats concassés, utilisées en remblaiement périphérique des bâtiments du projet. Ensuite, les édifices seront chauffés par le réseau de chaleur du Mirail pour atteindre une performance énergétique moyenne de 49 kWh/m².an contre une consommation actuelle de 250 kWh/m².an. Par ailleurs, le système de traitement d’air à basse vitesse (entre 0,2 et 0,5 m3/s contre 3 m3/s usuellement) apportera confort d’usage et économies d’énergie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

63 000 m² de planchers
8 100 m² de construction à ossature bois
31 400 m3 de béton mis en œuvre
2 775 tonnes d’acier

ENCADRE

Maître d’ouvrage : SNC Miralis. Marché de conception-construction-maintenance sur 27 ans : 116 M€ HT de construction ; 71 M€ HT de maintenance. Maîtrise d’œuvre : Valode & Pistre associé à Cardete Huet Amsycom Architecture ; BET : BDSP Partnership (développement durable), Elithis (corps d’état techniques), Sigma Acoustique, Dumons (VRD), OTCE (structure). Groupement d’entreprises : Bourdarios, filiale de Vinci Construction France (mandataire) ; Tunzini, Cegelec (corps d’état techniques) ; Eurovia (VRD). Calendrier : mars 2013-décembre 2016.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X