Régions Dunkerque

La piscine et la fosse bientôt dans le grand bain

Mots clés : Établissements sportifs couverts

Après dix-sept mois de travaux intenses, le chantier du centre aquatique Guynemer s’achève. La livraison du chantier sera effectuée le 4 juillet, tandis que l’ouverture au public est prévue en août. Cette piscine à 20 millions d’euros HT a beaucoup pour plaire : vue sur zone humide, bassin sportif de 25 m, bassin ludique, boule à vagues, jets hydromassants, rivière à contre-courant, toboggan et, surtout, la plus grande une fosse de plongée au nord de Paris.

Malgré un sous-sol en sable pur, le creusement de cette fosse de 20 m de long et d’une contenance de 800 m3, qui s’enfonce de 8 m dans le sol, n’a pas été aisé. « Le sous-sol est gorgé d’eau. Nous avons donc dû procéder à un rabattement de nappe. En raison des délais nécessaires à l’obtention des autorisations liées à la loi sur l’eau, le coulage du coffrage glissant n’a été réalisé qu’à la fin janvier, et non au printemps comme prévu ! Nous avons dû chauffer la zone coulée pour qu’elle ne gèle pas », souligne Jean-François Broutele, directeur général de la Société publique de l’agglomération Dunkerquoise, assistant aux maîtres d’ouvrage, les communes associées de Dunkerque et Saint-Pol-sur-Mer. « Le coulage en continu du coffrage a duré sept jours », détaille Frédéric Malo, conducteur de travaux au sein de Coste Architectures. La fosse, qui est accessible indépendamment du reste du centre aquatique, a été baptisée Loïc-Leferme, en hommage au champion dunkerquois d’apnée « no limit » décédé il y a dix ans.

Une brassée d’innovations. En plus de cette fosse, qui dispose d’un plancher mobile, le centre innove sur de nombreux points. Ainsi, le bassin sportif sera en inox revêtu de PVC sur les parois et d’un fond en liner. Le traitement de l’eau se fera à l’ozone. Et la récupération de la chaleur des eaux grises des douches permettra de préchauffer l’eau des bassins. « Un système d’ultrafiltration permettra de consommer 30 fois moins d’eau pour le nettoyage des filtres. La piscine sera chauffée par de l’énergie fatale fournie par le réseau de chaleur urbain. Et une chaufferie au gaz de secours a été ajoutée afin de parer à toute défaillance du réseau de chaleur », renchérit Jérémie Boussemart, représentant l’entreprise BC Nord, mandataire du groupement du marché de conception-réalisation regroupant l’entreprise générale Demathieu Bard et les agences Coste Architectures et Abciss Architectes. Devant l’entrée du centre, un petit bâtiment a été construit afin d’accueillir une conciergerie, qui permettra d’assurer sur le site une présence permanente.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X