Territoires

La Part-Dieu, opération emblématique

Au cœur de la Métropole de Lyon, le quartier de la Part-Dieu va connaître une profonde rénovation urbaine. Après la mise en place de la SPL Lyon Part-Dieu chargée de conduire l’opération, la phase de concertation préalable à la constitution de la ZAC Part-Dieu Ouest a été lancée en début d’année, pour une création attendue en fin d’année. Des échéances qui n’empêchent pas ce quartier tertiaire et administratif de se transformer. La livraison de la tour Incity, fin 2015, marquera une étape importante, tout comme le lancement de la tour Sky 56, portée en copromotion par Icade et Cirmad qui ont signé une promesse de Vefa avec Gecina, ou le début des travaux de Silex 1 par la Foncière des Régions. L’ajout de mètres carrés tertiaires n’est pas la seule motivation. « Il s’agit de donner une deuxième vie à un quartier qui fonctionne bien mais qui ne répond plus aux usages d’aujourd’hui », souligne François Decoster, architecte-urbaniste de l’AUC, chargé du projet. L’urbanisme de dalle, où le « tout voiture » était roi, n’a plus de sens aujourd’hui avec le développement des nouvelles mobilités.

Un quartier où l’on vit.

Autre élément central : l’agrandissement et l’ouverture de la gare sur le quartier. Conçue pour accueillir 35 000 voyageurs par jour, la gare en draine aujourd’hui 120 000… La restructuration du pôle d’échange multimodal (PEM) est inscrite au contrat de plan Etat-région pour la création d’une voie supplémentaire, le doublement de sa surface d’accueil et de nouveaux accès aux quais. Près de 216 millions d’euros ont été fléchés pour réaliser ces travaux. L’ouverture de la gare sur la ville passera par un réaménagement des espaces publics – 11,5 ha sont concernés aux abords du PEM. Pour faire de la Part-Dieu un quartier où l’on se promène, l’équipe de l’AUC préconise la mise en place d’un « sol facile qui consiste à penser l’espace public pas uniquement par rapport à la composition urbaine ou aux transports mais en tenant compte des flux piétons et des modes doux », illustre François Decoster. Des sols qui intégreront de la signalétique, du numérique, des matérialités…

Propriété d’Unibail, le centre commercial fera lui aussi peau neuve, sous la houlette de l’agence néerlandaise MVRDV. Nouveaux accès, toiture-terrasse rendue aux piétons… le plus grand centre commercial urbain d’Europe va s’ouvrir sur le quartier. Le projet Part-Dieu comporte également un important volet logement avec la volonté de construire 2 000 appartements. A deux pas de la gare, Bouygues Immobilier lancera en septembre les travaux d’un ensemble de quatre immeubles totalisant 218 logements, un immeuble de bureaux futur siège du groupe Amallia, des commerces, locaux d’activités… Signe que le renouveau de ce quartier est bel et bien en marche.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

« Renouveler l’image et l’urbanité »

« La Part-Dieu fait partie de ces quartiers mal aimés conçus dans les années 1960-1970. Son architecture d’origine s’est diluée dans un développement tertiaire et fonctionnel. Il faut redonner à voir cette architecture, dans un espace public qui donnera envie de s’arrêter, de regarder, pas seulement de passer. La Part-Dieu n’est pas un quartier en crise, au contraire : tous les immeubles sont pleins, utilisés, très demandés. Il faut faire avec ce déjà-là, coproduire avec les propriétaires et investisseurs privés car la collectivité ne possède quasiment aucun terrain. Nous devons inventer les espaces d’un développement qui saura allier le neuf et l’ancien pour renouveler l’image et l’urbanité de ce hub métropolitain contemporain”. »

François Decoster, architecte-urbaniste, AUC

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X