Régions Mulhouse

La nouvelle mosquée rend grâce au béton

Mots clés : Béton - Établissements de culte, funéraire

Loin d’avoir été un long fleuve tranquille, la construction de la nouvelle mosquée de Mulhouse (Haut-Rhin) aura traversé moult remous politiques et techniques, pour finalement s’étaler sur sept ans. A présent, elle entame bel et bien sa dernière ligne droite, sur sa parcelle triangulaire exploitée au maximum de sa capacité foncière, aux portes du Nouveau-Bassin, la principale entrée de ville par accès autoroutier.

L’Association des musulmans d’Alsace (Amal) se fixe l’objectif de mai 2017 pour la livraison de l’édifice à vocation multiple : les 10 000 m du Centre An-Nour rassembleront sur quatre niveaux un espace cultuel dimensionné pour l’accueil de 2 300 fidèles, des pôles culturel et d’enseignement, des commerces, ainsi qu’une piscine, un spa et un hammam au sous-sol. Au fil de l’ampleur grandissante du projet, le budget a grimpé à 20 millions d’euros HT.

Une haute façade en forme d’arbres. Sous la maîtrise d’œuvre du cabinet Narcisse (Jean-François Brodbeck et Serge-Henri Gayraud), qui a pris la suite dès 2011 du roubaisien Oussama Bezzazi, l’entreprise Gherardi achèvera le gros œuvre d’ici à la fin de l’année. Ce marché d’un peu plus de 6 millions d’euros HT lui donne l’occasion d’exprimer toute sa maîtrise du béton. Le matériau se décline en tout point du projet, y compris son parvis, dans ses formes les plus nobles : blanc, poli sur toutes ses faces, revêtu de marbre de Carrare.

Elément-signal, la façade en forme d’arbres a mobilisé le savoir-faire en préfabrication de BCS, la société sœur de Gherardi. « Chacun des 20 éléments, de 13 mètres de haut et d’un poids de 12 tonnes, a requis une semaine de travail pour être poli, le coffrage de la façade s’est effectué d’un seul tenant en atelier, puis il a été levé à la verticale sur chantier. L’assemblage final a requis un calepinage extrêmement précis des joints », précise Flavio Gherardi, le dirigeant. La PME a également appliqué son panneau suspendu avec fixations, objet d’un avis technique du CSTB. D’une épaisseur totale de 50 cm dont 14 cm d’isolation en laine de verre, il est accroché à la façade autoportante par des butons et génère une résistance thermique de 5,4 m . K/W.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X