Technique et chantier

La motorisation hybride des engins de chantier tarde à se généraliser

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Technique. Le salon Intermat a donné l’occasion à plusieurs constructeurs de présenter des matériels à motorisation hybride. Mais beaucoup restent à l’état de prototypes.

Avec des économies de carburant de l’ordre de 25 %, l’efficacité énergétique de la motorisation hybride n’est plus à démontrer. Pourtant, celle-ci tarde à se généraliser dans les engins de chantier. Lors du salon Intermat qui s’est tenu à Paris en avril, peu de nouveautés hybrides ont été dévoilées. À tout seigneur, tout honneur ! Komatsu a présenté la nouvelle version de sa HB 215 LC ; le premier modèle peut donc, avec 3 000 unités, revendiquer le titre de pelle hybride la plus vendue au monde. Celle-ci adopte la technique des supercondensateurs électriques, tout comme sa concurrente la Hitachi ZH 210 LC, elle aussi présente sur le salon, à côté d’une nouveauté : la ZW 220, une chargeuse sur pneus de 3 m³. La première chargeuse à motorisation hybride à être commercialisée ? « Pas encore ! admet-on chez Hitachi. Elle reste pour l’instant à l’état de prototype. » On se souvient que Volvo avait, dès 2006, présenté une chargeuse de cette catégorie, fonctionnant selon le même principe pour, finalement, ne jamais la commercialiser. Tout aussi hypothétique reste la commercialisation de la Case CX 210 hybride. Cette machine est vendue au Japon sous le nom de SH 200 HB de la marque Sumitomo, mais rien ne confirme qu’elle sera mise aux normes « CE » et importée en Europe par Case. Plus sûre sera l’apparition, l’année prochaine, d’une autre pelle japonaise, un peu plus petite : la Kobelco SK80H. « Elle est actuellement vendue au Japon dans sa version 9. Quand elle passera en version 10, nous l’importerons en Europe », confirme le fabricant. Mis à part ces produits japonais, peu d’engins à motorisation hybride lors d’Intermat 2015 ! La Liebherr dévoilée il y a deux ans lors d’un salon en Allemagne était une machine d’étude qui n’a pas dépassé le stade du prototype. Liebherr a tout de même inscrit à son catalogue un treuil pour pelle à câble doté d’un système de récupération d’énergie, mais il ne s’agit pas d’un moteur en tant que tel. Même principe chez Manu Lorraine, présent à Intermat, dont le système Éco’nergy modifie le circuit hydraulique mais ne touche pas au moteur lui-même. La frilosité des constructeurs face à la motorisation hybride s’explique par des cours du pétrole relativement bas. Fin août, le prix moyen du litre de gazole non routier en France était de 0,66 euro, toutes taxes comprises.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X