Régions Lille

La Métropole goûte à l’eau numérique

La Métropole européenne de Lille (MEL) manifeste de grandes ambitions dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Après sa candidature retenue à l’appel à projets national sur les réseaux électriques intelligents cet été, la collectivité a inauguré, le 10 octobre, Vig’ileo, un centre de supervision informatique du réseau d’eau potable conçu par Veolia.

Le groupe, exploitant des 4 300 km de canalisations de l’agglomération, a mis en place cette tour de contrôle en décembre dernier. A l’intérieur, jusqu’à huit administrateurs planifient les activités des équipes de maintenance en fonction des alarmes transmises par le service clients ou les appareils installés sur le réseau. Ces aiguilleurs de l’eau scrutent en permanence un écran géant où, sur une carte de la métropole, apparaissent en temps réel la circulation de l’eau, la position des véhicules de l’entreprise, et les opérations en cours. Les alertes les plus urgentes sont également indiquées sur ce moniteur. Chaque modification des contrôleurs est automatiquement transmise sur les téléphones portables des agents de terrain.

1 000 détecteurs de fuite. Veolia compte poursuivre en 2017 le déploiement de ce dispositif avec la mise en place de 1 000 détecteurs de fuite et de 30 sondes de mesure de la qualité de l’eau. L’entreprise souhaite atteindre d’ici à 2024 un rendement de 85 % sur les 50 millions de m consommés chaque année par le territoire, contre 80 % aujourd’hui. « Les métiers de l’eau se transforment, observe Antoine Frérot, P-DG du groupe. Le mélange des machines et des hommes améliore sans cesse nos performances. » La technologie numérique apporte, en outre, un surcroît de transparence. La MEL a ainsi accès à la majeure partie des données générées par Vig’ileo. « Ces ressources, ainsi que d’autres informations concernant les services publics de la collectivité, seront mises à la disposition de nos concitoyens afin qu’ils puissent créer de nouveaux services », ajoute Damien Castelain, le président de la MEL. Cette plate-forme publique devrait voir le jour en novembre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X