Régions Bordeaux

La métropole en pointe pour lutter contre les inondations

Mots clés : Sécurite civile

Après la labellisation de son programme d’actions de prévention des inondations (Papi) 2016-2021 et l’anticipation de la prise de compétence en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi) en janvier 2016, Bordeaux Métropole a franchi à la fin mai une nouvelle étape. Elle anime, avec les services de l’Etat, la stratégie locale de gestion des risques d’inondation (SLGRI) sur un périmètre de 28 communes, dont 11 hors métropole. « Nous aurons ainsi une vision globale du territoire, afin qu’il soit traité de manière équitable et efficace », précise Kevin Subrenat, vice-président de la métropole chargé des risques naturels et technologiques.

Jusqu’à ce jour, une multitude d’acteurs privés et publics géraient les ouvrages de protection, certains n’ayant même pas de gestionnaire identifié. Les études, diagnostics et rapports ont été compilés afin de déterminer les zones les plus à risques, concernant les habitations, les industries et les professionnels. Cette stratégie permettra d’avoir une meilleure connaissance des menaces et de réaliser des aménagements durables. Une partie des travaux nécessaires – restauration des digues et du réseau hydraulique -figurait déjà dans le Papi qui s’élève à 55 millions d’euros pour la période 2016-2020. Un second programme, à partir de 2021, s’intéressera aux espaces naturels et agricoles.

Début des travaux pérennes. Si la collectivité réfléchit aux risques et aux mesures de protection depuis 2000, les actions concrètes démarrent à peine. Les premiers travaux de conforte-ment du pied de digues via la pose de palplanches par voie fluviale débutent. D’un montant de 19 millions d’euros, ils concernent 2,8 km de digues entre les ponts Saint-Jean et Mitterrand à Bordeaux. Ils comprennent l’entretien des formations végétales qui se développent entre l’eau et la terre (ripisylve). « Ce sont les premiers travaux pérennes et efficaces », précise Kevin Subrenat. Egis réalise actuellement un diagnostic sur la presqu’île d’Ambès, pour un démarrage des travaux en 2020, et sur la rive gauche. Le cahier des charges pour la réalisation des études est en cours d’écriture.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X