Architecture Technique Rénovation-extension

La médiathèque / école de musique s’habille de pierre

Mots clés : Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Manifestations culturelles - Produits et matériaux

Le choix de ce matériau permet de parfaire l’insertion du pôle culturel au centre-ville de Saint-Gaudens.

Le bâtiment qui abrite la médiathèque et l’école de musique de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) est le seul élément contemporain sur le boulevard Jean-Bepmale. Situé sur un terrain en pente en forme de « L », il s’insère dans un tissu urbain de petits immeubles et de ruelles étroites. Le programme comprenait la réhabilitation de la maison Durand, construction classée donnant sur le boulevard et l’extension contemporaine qui ajoute aujourd’hui à l’impression d’intégration. L’ensemble répond au cahier des charges de la maîtrise d’ouvrage : « Nous voulions gagner en attractivité et en porosité ; d’où le choix d’implanter cet ensemble au centre-ville. Nous voulions aussi qu’il soit facile d’accès et qu’il assure la transition entre le boulevard et le centre » explique Jean-Raymond Lépinay, président de la communauté de communes du Saint-Gaudinois.

L’agence toulousaine d’architecture Séquences a ainsi imaginé deux venelles qui montent depuis le boulevard, de part et d’autre du bâtiment. Elles sont reliées par une traverse publique, à l’intérieur, qui permet de passer de la place Saint-Jean où donne l’entrée principale, à l’est, à l’impasse Du Barry, à l’ouest. A l’intérieur, un hall dessert la médiathèque, côté sud, et l’école de musique, côté nord. Décalé d’un demi-niveau, il permet de faire le lien avec l’accès à l’auditorium situé au demi-niveau en dessous, dans la partie sud. Ainsi, tous les accès sont regroupés dans un seul et même volume, très proches les uns des autres. Pour favoriser le dialogue avec l’existant, Séquences a joué avec la volumétrie. Côté est, par exemple, la façade se décompose en trois entités verticales. A l’échelle des bâtiments avoisinants, elle assure la continuité avec le tissu existant. « Ce morcellement se retrouve en toiture, évitant un effet de masse », précise l’architecte Jérôme Terlaud.

Des pierres du Portugal de nuances gris-bleu.

Au sein du même bâtiment, chaque équipement a un traitement spécifique. Ainsi, la médiathèque, caractérisée par ses grandes pièces, se déplie verticalement sur trois niveaux avec un travail sur les vides et les pleins pour mettre en relation les étages. Le deuxième et dernier niveau occupé par l’espace enfants se prolonge, au sud, par une large terrasse en panorama sur les Pyrénées. Côté école de musique, les salles de classe se développent le long des circulations. Conçues comme des boîtes dans la boîte pour garantir un parfait isolement, elles sont moins vitrées pour limiter les transmissions parasites depuis l’extérieur. Le choix de la pierre pour les façades s’est imposé car ce matériau est omniprésent dans cette partie de la Haute-Garonne, au pied des Pyrénées. En outre, il a l’avantage d’être traité de manière contemporaine et de pouvoir facilement habiller une isolation par l’extérieur. Conformément à la demande de la maîtrise d’œuvre, l’entreprise Kuentz a mis en œuvre des pierres du Portugal choisies pour leurs nuances de couleur gris-bleu et leur texture à la fois brute et lisse : « Avec les architectes, nous avons élaboré un calepinage pour jouer avec les effets de relief et de couleur. En tout, près de 3 000 pierres sont fixées à une ossature métallique par un système de clips », précise Michel Tournier, président de l’entreprise.

Accédez au guichet unique sur www.reseaux-et-canalisations.ineris.fr

Consultez les textes officiels relatifs à la réglementation DT-DICT sur la base technique d’information réglementaire www.kheox.fr

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : communauté des communes du Saint- Gaudinois. AMO : Cogemip. Maîtrise d’œuvre : Séquences, architecte mandataire ; David Rougé, chef de projet. BET : Reulet ingénierie (gros œuvre, VRD, OPC), Sacet (lots techniques), Tisseyre et associés (acoustique), BEHI (HQE). Principales entreprises : Bourdarios (gros œuvre), Gasparini (fondations), Dubarry (charpente, couverture, zinguerie), Kuentz (façades pierre). Surface : 3 529 m2 SP. Coût des travaux : 5,9 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X